ANDERLECHT

Une quarantaine d’activistes de la cause animale pénètrent dans les abattoirs d’Anderlecht

Une quarantaine d’activistes de la cause animale pénètrent dans les abattoirs d’Anderlecht

269 Libération animale

Une quarantaine d’activistes de l’association «269 Libération Animale» se sont introduits dans la nuit de mercredi à jeudi dans les abattoirs d’Anderlecht afin d’y empêcher l’abattage d’animaux.

Ils se sont enchaînés et ont bloqué la chaîne par laquelle arrivent les animaux destinés à être abattus. Il n’y a pas eu d’incidents et ils ont quitté les lieux après avoir reçu quatre chevreaux, indique ce jeudi la zone de police Midi (Anderlecht, Saint-Gilles, Forest).

Les activistes ont pénétré sur le site des abattoirs d’Anderlecht dans la nuit de mercredi à jeudi vers 2 h 30, et l’ont quitté après leur action vers 5 h 20.

«À travers cette action directe et non-violente, l’objectif des militants de l’antenne belge de l’association 269 Libération Animale était le blocage total de la “production” et par conséquent de l’abattage des animaux. C’est une première en Belgique. Les activistes ont occupé et bloqué le “couloir de la mort” à l’intérieur de l’abattoir. Nous qualifions ainsi le couloir dans lequel sont poussés les animaux pour atteindre le poste de tuerie», indique l’association militante.

«Cette action directe permet de créer un véritable mouvement d’émancipation visant à sortir de l’ombre une classe opprimée: les animaux non humains, exploités par milliards dans nos sociétés modernes», conclut-elle.