BELGIQUE

Affaire des F-16: le chef de la composante Air assure ne pas avoir «vu» les mémos de Lockheed

Affaire des F-16: le chef de la composante Air assure ne pas avoir «vu» les mémos de Lockheed

Les mémos de l’avionneur américain Lockheed Martin datant d’avril 2017 et de février dernier, qui avaient fui dans la presse en mars, évoquaient avec moult précautions la possibilité de prolonger la durée de vie des F-16. Photo News

Le général-major Frederik Vansina affirme n’avoir jamais vu les mémos du groupe américain Lockheed Martin évoquant, avec réserves, la possibilité de prolonger la vie des actuels chasseurs F-16.

Le «patron» de la composante Air de l’armée, le général-major Frederik Vansina, a assuré ce mercredi n’avoir jamais vu les deux mémos du groupe américain Lockheed Martin évoquant, avec réserves, la possibilité de prolonger la vie des actuels chasseurs F-16, tout en reconnaissant avoir pris contact avec cette entreprise pour l’informer de la décision du gouvernement d’acheter de nouveaux avions.

«Je ne les ai pas vus, mais j’étais au courant (de leur existence)», a-t-il affirmé en substance lors d’une audition devant la commission de la défense de la Chambre, qui se penchait une nouvelle fois sur la possibilité d’étendre la durée de vie des F-16 belges vieillissants au-delà de la limite des 8.000 heures de vol prévue par le constructeur, Lockheed Martin.

Ces documents de l’avionneur américain datant d’avril 2017 et de février dernier, qui avaient fui dans la presse en mars, évoquaient avec moult précautions la possibilité de prolonger la durée de vie des F-16, alors que le gouvernement avait déjà décidé de les remplacer par 34 avions de combat de nouvelle génération, pour un montant de 3,6 milliards d’euros. Cette information n’était toutefois pas remontée dans la hiérarchie militaire ni vers le monde politique.

Le général Vansina a toutefois admis avoir pris contact par téléphone avec un responsable de Lockheed en juillet 2016 pour lui dire en substance «nous ne comprenons pas votre attitude». Car le groupe américain avait proposé à la Défense d’étudier une éventuelle prolongation de vie des avions, tout en étant en lice pour lui fournir de nouveaux chasseurs, sous la forme du F-35 Lightning II.