FOOTBALL

PHOTOS | Bruges-Standard: spectaculaire partage et égalisation arrachée dans les arrêts de jeu (4-4)

PHOTOS | Bruges-Standard: spectaculaire partage et égalisation arrachée dans les arrêts de jeu (4-4)

On a vu des buts à Bruges-Standard! Photo News

Un vent de folie a de nouveau soufflé sur le Jan Breydelstadion où, après les six buts inscrits jeudi par le Club contre Charleroi, les spectateurs ont à nouveau pu se mettre de nombreux buts sous la dent lors de ce partage (4-4) face au Standard.

Le match

Cinq buts en 45 minutes

Bien décidés à rappeler la hiérarchie actuelle du classement, les Brugeois prenaient en main l’entame de match, se créant une première frappe cadrée après 60 secondes via Limbombe, avant que Denswil ne voie sa reprise de la tête filer juste au-dessus du but défendu par Ochoa.

Il n’y en avait que pour les leaders en ce début de rencontre, lesquels profitaient d’une relance catastrophique de Faï pour ouvrir le score via l’inévitable Soulier d’or brugeois Ruud Vormer (1-0)

PHOTOS | Bruges-Standard: spectaculaire partage et égalisation arrachée dans les arrêts de jeu (4-4)
Comme souvent, Vormer a montré la voie aux Brugeois. BELGA

La réponse liégeoise venait au quart d’heure des pieds d’Edmilson, mais le Belgo-brésilien loupait son face-à-face avec Gabulov, tout comme Wesley manquait peu après la balle du 2-0 en buttant face à Ochoa.

Ce n’était que partie remise pour le Brésilien du Club puisque, profitant juste avant la demi-heure d’un centre parfait de Vormer, le grand attaquant plantait déjà le deuxième but de la soirée (2-0), but qui plaçait -croyait-on – le leader brugeois dans un fauteuil…

PHOTOS | Bruges-Standard: spectaculaire partage et égalisation arrachée dans les arrêts de jeu (4-4)
Rapidement, Wesley doublait l’avance des Brugeois pour une victoire qui s’annonçait alors déjà dessinée. Sauf que… BELGA

Sauf que, sur la remise en jeu, le capitaine rouche Mehdi Carcela adressait à son tour un joli centre qu’Edmilson poussait, cette fois, au fond des filets (2-1): de quoi réduire immédiatement l’écart et relancer un match qui était loin d’avoir accouché de son dernier but!

PHOTOS | Bruges-Standard: spectaculaire partage et égalisation arrachée dans les arrêts de jeu (4-4)
Edmilson relançait le match 60 secondes après le but du 2-0. BELGA

Visiblement peu inspirée en cette fin de dimanche ensoleillé, la défense liégeoise offrait en effet un nouveau but aux Brugeois: Cavanda perdait bêtement le ballon que Diaby propulsait dans les filets d’une superbe frappe enroulée (3-1), de quoi rendre rapidement deux buts d’avance aux locaux.

PHOTOS | Bruges-Standard: spectaculaire partage et égalisation arrachée dans les arrêts de jeu (4-4)
Diaby congratulé par Limbombe: le Français replaçait Bruges avec une avance confortable. Sauf que, à nouveau… BELGA

Mais il était écrit qu’un petit vent de folie soufflait sur cette première mi-temps: alors que le public brugeois chambrait son homologue liégeois, Edmilson imitait Diaby et envoyait une magnifique frappe dans la lucarne de Gabulov pour, à nouveau, réduire l’écart (3-2)!

PHOTOS | Bruges-Standard: spectaculaire partage et égalisation arrachée dans les arrêts de jeu (4-4)
Edmilson passait à nouveau par-là pour réduire le score. BELGA

Un match fou jusqu’au bout

Au retour des vestiaires, les Brugeois reprenaient leur marche en avant et il fallait une grosse parade d’Ochoa sur un envoi de Vormer pour préserver le score acquis à la pause.

Après une première mi-temps riche en buts et en rebondissements, la seconde s’engageait alors sur un faux rythme, l’intensité retombant quelque peu dans les deux rectangles et le niveau technique de la rencontre s’en faisant dès lors ressentir.

Mieux en jambes dans cette seconde mi-temps que leurs homologues brugeois, les Liégeois parvenaient à profiter de ce faux rythme pour recoller au score par l’inévitable Renaud Émond (3-3).

PHOTOS | Bruges-Standard: spectaculaire partage et égalisation arrachée dans les arrêts de jeu (4-4)
Déjà une douzième rose toutes compétitions confondues pour Émond depuis le début de l’année. BELGA

Groggy, Bruges parvenait tout de même à réagir dans le dernier quart d’heure. Laifis passait proche du but contre son camp avant que Vormer ne manque le cadre pour un fifrelin.

Finalement, c’est grâce au VAR (l’assistance vidéo) que les Brugeois allaient pouvoir reprendre l’avance, Émond touchant le ballon du bras dans le rectangle rouche: une scène qui avait échappé à Monsieur Laforge et qu’Abdoulaye Diaby allait mettre à profit pour planter le 4e but brugeois de la soirée (4-3).

PHOTOS | Bruges-Standard: spectaculaire partage et égalisation arrachée dans les arrêts de jeu (4-4)
Diaby n’a pas tremblé face à Ochoa. BELGA

Et tandis que les supporters brugeois célébraient déjà la victoire, Duje Cop, entré au jeu quelques minutes plus tôt remettaient une nouvelle fois les pendules à l’heure sur la toute dernière occasion du match (4-4)!

PHOTOS | Bruges-Standard: spectaculaire partage et égalisation arrachée dans les arrêts de jeu (4-4)
Oui, oui: Cop a égalisé! BELGA

Avec ce partage fou-fou-fou, Bruges ne récolte qu’un point mais augmente son avance à 7 points en tête du classement. Le Standard, de son côté, continue d’ennuyer tout le monde dans ces PO1 et peut continuer à rêver de la seconde place.

La technique du match

Arbitre: M. Laforge.

Buts: Vormer (1-0, 8e), Wesley (2-0, 28e), Edmilson (2-1, 29e), Diaby (3-1, 35e), Edmilson (3-2, 38e), Émond (3-3, 66e), Diaby sur pen. (4-3, 83e), Cop (4-4, 92e).

Cartes jaunes: Faï, Luyindama, Carlinhos, Scholz.

FCB: Gabulov; Poulain, Mechele, Denswil; Cools (65e Diatta), Vormer, Nakamba, Vanaken, Limbombe (85e Scholz); Diaby, Wesley (65e Refaelov).

RSCL: Ochoa; Cavanda, Laifis, Luyindama, Faï; Luchkevych (46e Carlinhos), Cimirot, Marin (84e Djenepo); Edmilson (71e Cop), Carcela, Emond.

Ce qu’il faut retenir du match

Occasion manquée pour Bruges. Après la défaite d’Anderlecht à Genk samedi soir, le Club de Bruges avait l’occasion de creuser un peu plus encore l’écart en tête de classement. En partageant face au Standard, les hommes d’Ivan Leko repoussent les Mauves à 7 points, tandis que Gand, qui joue Charleroi en soirée, peut revenir à 6 points du leader brugeois. Une victoire face aux Rouches aurait offert une avance plus importante encore aux leaders.

Les choix de Sa Pinto. Ces dernières semaines, le coaching du tacticien portugais a été à plusieurs reprises salué pour ces choix parfois surprenants mais souvent gagnants. Cette fois encore, le coach du Standard a surpris en sortant à 20 minutes de la fin Edmilson, double buteur et intenable en première mi-temps, pour le remplacer par Cop, pourtant invisible mercredi dans le Clasico. Un choix à nouveau payant puisque c’est le Croate qui égalisait en toute fin de rencontre…

Une série brugeoise en cours de 79 matches. Plus que jamais, le Jan Breydelstadion semble être une véritable forteresse pour le Club de Bruges, lequel a pour la septante-neuvième fois consécutive inscrit au moins un but dans une rencontre à domicile. La dernière fois que les Brugeois n’ont pas marqué dans leur stade, cela remonte au 4 mai 2014, lors d’un match décisif pour le titre perdu (0-2) contre Anderlecht.

Émond, encore et toujours. Auteur du but égalisateur pour ramener le Standard à 3-3, Renaud Émond a inscrit son 7e but en championnat, déjà le 12e toutes compétitions confondues depuis le début de l’année, ce qui confirme son statut de buteur belge le plus prolifique de 2018.

Le Standard comme Charleroi. En inscrivant au moins trois buts sur la pelouse du Club de Bruges en championnat, le Standard devient la deuxième équipe à réaliser cette prouesse cette saison après… le Sporting de Charleroi. Une «malédiction» wallonne pour les Brugeois?

Les Rouches exsangues de victoire en déplacement. En partageant au Jan Breydelstadion, le Standard a réalisé un match solide offensivement, mais n’a toujours pas réussi à remporter un match de PO1 en déplacement depuis bientôt… 4 ans! En effet, la dernière victoire en déplacement du Standard en PO1 remonte au 15 mai 2014, lors d’un succès 1-3 acquis à Lokeren 13. Pour rappel, les Rouches n’avaient pas pris part aux PO1 en 2016 et 2017.