BELGIQUE

Replongez dans les archives de l’Expo 58: l’événement mondial ouvrait ses portes il y a 60 ans

Vue du pavillon de l’ONU.Belga

L’Exposition universelle de 1958 a été la première exposition de ce type organisée après la Seconde Guerre mondiale. Un événement mondial, qui ouvrait ses portes il y a tout juste 60 ans.

Bruxelles, future capitale de l’Europe, a accueilli pendant 6 mois, du 17 avril au 19 octobre 1958, quelque 42 millions de visiteurs, avides de découvertes et de réjouissances diverses. Le monde avait, en cette fin des années 50, les yeux rivés sur Bruxelles et l’Atomium, monument phare de l’exposition et futur symbole de la capitale.

Inaugurée par le roi Baudouin, l’Expo 58 reste pour les Belges un objet de fierté. Sa visite fut évidemment largement couverte par les télévisions à l’époque. Des images d’archives disponibles sur le site de la Sonuma.

Sur le plateau du Heysel, 51 nations avaient déployé leur pavillon dont les plus imposants étaient ceux des États-Unis et de l’URSS se défiant face à face… pacifiquement. À côté des grandes puissances mondiales, le public belge et étranger pouvait découvrir le Maroc, le Brésil, la Thaïlande, le Japon ou encore le Vatican.

Le Congo belge occupait 9 pavillons dans une section qui lui était spécialement dédiée. Deux ans avant son indépendance, la Belgique de l’époque pensait encore que sa vaste colonie lui appartiendrait pour toujours. En 1958, beaucoup de futurs pays, encore colonisés, n’étaient pas représentés lors de cette première exposition d’après-guerre.

La Belgique, pays hôte, occupait près de la moitié du site du Heysel. Quelque 80 pavillons invitaient le public à découvrir le savoir-faire belge grâce aux entreprises représentées, les sciences, la culture, le sport, la mode et la gastronomie belge.

La Belgique offrait aussi à ses visiteurs un monument incontournable, l’Atomium, un atome de fer aux proportions gigantesques mais aussi la flèche du génie civil, une œuvre architecturale audacieuse, aujourd’hui disparue.

Des images aériennes permettent de réaliser l’ampleur de l’exposition universelle.

Parmi les nouveautés et incontournables de l’exposition, le public a pu approcher Spoutnik, premier satellite artificiel soviétique, la technologie nucléaire, l’informatique balbutiante mais aussi des nouveautés qui feront bientôt partie de leur quotidien comme des soft-ice ou le coca-cola, que beaucoup de Belges ont goûté pour la première fois lors de l’exposition.

L’exposition 58 en chiffres c’est encore: 42 millions de visiteurs, 60 millions d’heures de travail pour sa construction, 1,7 million de voitures sur les parkings, 715.000 visiteurs en un jour (record), 52.000 verres de bière vendus en un jour, 8 naissances dans les trains de l’exposition, 5 décès et un ticket d’entrée modeste de 30 FB pour les adultes.

 

Plus d’archives de l’Expo 58 sur www.sonuma.be