Proximag

La qualité de la viande avant tout

À l’heure où le secteur de la viande connaît de nouveaux scandales, des artisans résistent envers et contre tout. C’est le cas de François Demeure et de son épouse Mélanie Van De Zande.

«J’ai exercé la profession de boucher au sein d’une grande surface et j’ai été dégoûté des pratiques. De plus, je voulais reprendre l’exploitation agricole de mes parents. C’est ainsi qu’a germé l’idée d’ouvrir une boucherie à la ferme pour privilégier à la fois les circuits courts et surtout la qualité de la viande. Je combine désormais trois professions: agriculteur, éleveur et boucher. La viande bovine provient de mon exploitation, je cultive encore des parcelles de maïs et de froment pour nourrir mon cheptel et enfin, celle de boucher, explique-t-il. Mes propres vaches sont abattues à l’âge de 5 ans après avoir vêlé deux ou trois fois. La viande est ainsi d’une meilleure qualité, plus persillée. En outre, je conduis moi-même les animaux à l’abattoir.»Pour les autres viandes, François Demeure se fournit auprès de petites exploitations qui respectent un cahier de charges très strict dans une philosophie identique à la sienne. À l’arrivée des beaux jours, le rayon de la boucherie se garnit d’une dizaine de variétés de saucisses dont du chorizo frais, de brochettes et de viandes en marinade. L’idéal pour les barbecues. «C’est moi qui prépare toutes les marinades», ajoute Mélanie. 85% des produits proposés sont fabriqués maison, tous les jours, pour garantir la fraîcheur. La boucherie vend également quelques produits moins courants tels que pieds, langues et oreilles de porc ou pis de vache. Il est également possible d’acheter la viande en colis et de se les faire livrer à domicile dans un rayon d’une vingtaine de km, pour les particuliers mais également pour les restaurants.

Boucherie à la Ferme «Les Trieux» Chemin des Morts 25, Seneffe 064 45 86 11 – Facebook