WALLONIE

Le nouveau système d’allocations familiales est reporté d’un an

Le nouveau système d’allocations familiales est reporté d’un an

Patryk Kosmider – Fotolia

Le gouvernement wallon a décidé de postposer à 2020 l’entrée en vigueur du nouveau système d’allocations familiales qui octroye 155 euros par enfant. Mais de nouvelles mesures sociales seront déjà en application dès 2019.

Le nouveau système d’allocations familiales (que la 6e réforme de l’Etat a transféré aux régions) devait entrer en vigueur le 1er janvier 2019.

Pour rappel, tous les enfants nés après cette date devaient bénéficier de la même allocation, soit 155 euros de base, et ce quel que soit le nombre d’enfants dans la famille.

Mais Alda Greoli, ministre de l’Action sociale, a annoncé ce jeudi que l’application du nouveau système était reportée d’un an et n’entrerait donc en vigueur que le 1er janvier 2020. Parce que, dit-elle, c’est très compliqué à mettre en place, notamment sur le plan informatique. Et qu’elle ne veut prendre strictement aucun risque que le moindre enfant ne reçoive pas son dû pour des raisons purement techniques.

2019 servira donc à «tirer à blanc» et à simuler pendant plusieurs mois le payement nouvelle mouture pour être, donc, fin prêt en 2020.

Cyniquement et bassement matériellement, voilà qui devrait ravir ceux qui voulaient se dépêcher pour faire un troisième enfant avant la date fatidique (pour rester dans l’ancien système plus favorable aux familles nombreuses à partir du troisième), et contrarier ceux qui attendaient avec impatience le nouveau système pour se lancer dans la conception…

Avancées sociales

Cela dit, le 1er janvier 2019, la Wallonie accueillera malgré tout la compétence des allocations familiales. Le gouvernement vient d’ailleurs de le signaler au fédéral. Pourquoi? Simplement pour ne pas se mettre en décalage par rapport à la Flandre. Mais aussi et surtout pour pouvoir introduire, dès le 1er janvier prochain, 3 mesures sociales.

1. Suppléments sociaux sur base des revenus uniquement

Dans le système actuel, certaines familles défavorisées peuvent bénéficier de suppléments sociaux sur base de 2 critères: un seuil de revenus, mais également son statut social (handicapé, RIS, etc). Dans quelques mois, seul le seuil de revenus entrera en compte, ce qui permettra à des familles où les parents travaillent mais gagnent peu d’également bénéficier d’allocations majorées.

2. Les orphelins majorés, même en cas de remariage

Jusqu’ici, les orphelins pouvaient toucher des allocations majorées tant que le parent restant était seul. A partir du 1er janvier 2019, la majoration restera d’application, même si le parent survivant se remarie.

3. Censés être à l’école jusque 21 ans

Pour l’instant, dès 18 ans, les parents doivent systématiquement prouver que leur enfant fréquente encore l’école (ou l’université ou une haute école) pour pouvoir continuer à toucher les allocations familiales. Ce qui, dit Alda Greoli, entraîne des complications administratives sans nom.

En Janvier prochain, la charge de la preuve sera inversée. Concrètement, cela signifie qu’un enfant sera systématiquement considéré comme fréquentant l’école jusqu’à 21 ans. Ce sera l’administration qui devra vérifier si tel est bien le cas et non plus les parents qui devront prouver la fréquentation scolaire.

Ces trois avancées sociales seront bien évidemment maintenues lorsque le système basculera définitivement le 1er janvier 2020.