MONDE

La diabolisation de Poutine par l’Occident l’a renforcé auprès des Russes

La diabolisation de Poutine par l’Occident l’a renforcé auprès des Russes

Poutine est vu comme l’homme fort qui pourra affronter la crise diplomatique. AFP

La presse russe soulignait lundi le rôle joué par la crise avec les Occidentaux dans la large réélection de Vladimir Poutine pour un quatrième mandat, à l’issue d’un scrutin qui a conforté son pouvoir.

Cette crise s’est encore accentuée dans la dernière semaine avant le scrutin après que Londres a accusé Moscou d’avoir empoisonné un ex-espion russe au Royaume-Uni.

«Nous devons remercier la Grande-Bretagne car encore une fois, ils n’ont pas saisi la mentalité russe. Encore une fois, on nous a mis la pression exactement au moment où nous devions nous mobiliser», a ainsi déclaré Andreï Kondrachov, porte-parole du QG de campagne de M. Poutine cité par le quotidien Kommersant.

«La pression sans précédent du monde extérieur a poussé les Russes à resserrer les rangs et à s’unir autour des autorités», estime aussi le politologue Andreï Koliadine dans le journal Vedomosti.

«La diabolisation de Poutine en Occident a eu l’effet inverse en Russie: un rassemblement sans précédent autour de sa personne», ajoute le sénateur Alexeï Pouchkov.

«Rien ne mobilise autant l’électorat qu’une menace globale ou des attaques de l’Occident», souligne l’expert Vladimir Chapovalov, cité par le journal en ligne Politika Segodnia, ajoutant que les premières années du mandat de M. Poutine devraient par conséquent être marquées par «un renforcement de la confrontation avec l’Ouest».

Vladimir Poutine a remporté dimanche une victoire d’une ampleur sans précédent en plus de 18 ans de pouvoir, réélu avec 76,7% des voix selon les résultats quasi définitifs publiés lundi malgré des accusations de fraude de l’opposition.