LIÈGE

Deux cafés à chats ouvrent à Liège: un ce vendredi, l’autre pour l’été

Deux cafés à chats ouvrent à Liège: un ce vendredi, l’autre pour l’été

Camille Nuyts, en compagnie d’un des chats qui ont trouvé refuge au Merlix Café. ÉdA Hermann

Les bars à chats, un concept en provenance du Japon, s’imposent dans nos contrées. À Liège, deux projets voient le jour. Le Merlix Cats Café ouvre ce vendredi, rue des Clarisses. Et le ChatMan Café à la fin du printemps, boulevard de la Sauvenière.

C’est une tendance venue tout droit d’Extrême-Orient et qui commence à se populariser en Europe. Les cafés à chats, appelés neko cafés au Japon, s’installent dans les villes d’Europe depuis trois ou quatre ans. Après Bruxelles et Namur, voilà que Liège succombe à la tendance. Le principe est tout simple: des chats sont hébergés dans le café et côtoient les humains, qui s’offrent une dose de ronronthérapie.

Deux projets ont même vu le jour au printemps dernier et se concrétisent à présent. Cette concomitance est tout à fait fortuite, mais traduit sans doute un grand intérêt pour ces établissements. Fondé par Camille Nuyts et Antoine Dedave, le Merlix ouvre ses portes ce vendredi, au n° 50 de la rue des Clarisses. Le ChatMan Café, créé par Boris Chapelle et Benoît Salmon, sera inauguré à la fin du printemps au n° 151 du boulevard de la Sauvenière, à deux pas du Celtic.

Des chats en quête de familles d’accueil

Les deux projets sont à la fois semblables différents. Tous deux se sont servis du crowdfunding comme rampe de lancement, ont été portés par des personnes adorant les chats et sont nés à l’aide d’un coaching, respectivement au sein d’ALPI (Aide locale pour Indépendants) et du VentureLab (incubateur d’entreprises pour étudiants et jeunes diplômés).

Surtout, l’un et l’autre se basent sur le principe de l’adoption des chats, permettant aux clients de prendre sous leur aile un félin. Le Merlix Cats Café collabore avec le refuge Félin pour l’Autre, basé à Villers-le-Bouillet. «Pour le moment, nous avons six chats au café. Le refuge est toujours à la recherche de familles d’accueil pour les chats. Notre rôle, en plus de celui de bar à chats, consiste à faire le lien entre le refuge et le public», explique Camille Nuyts.

 

«

S’ils ont envie de rester dans leur coin ou dans la pièce qui leur est réservée à l’arrière, nous ne les obligerons pas à venir vers les clients.

»

 

Une forme de respect pour l’animal s’impose et le chat n’est pas présenté comme un «produit d’appel». «Par exemple, nous ne forcerons jamais les chats à aller vers les gens. S’ils ont envie de rester dans leur coin ou dans la pièce qui leur est réservée à l’arrière, nous ne les obligerons pas à venir vers les clients. D’ailleurs, il se peut qu’ils aient besoin d’un peu de temps pour s’habituer, au début», tient à préciser la confondatrice du Merlix Café.

Le ChatMan Café, pour sa part, collabore avec l’ASBL Poils & Moustaches, «qui n’est pas un refuge, mais qui soigne, stérilise et cherche des familles d’accueil pour les chats errants», précise Benoît Salmon. «On adore cette association. D’ailleurs, nous avons déjà adopté des chats nous-mêmes, bien que notre café n’ouvrira que pour l’été.»

Deux cafés à chats ouvrent à Liège: un ce vendredi, l’autre pour l’été
Quelques fauteuils, des tables, des chaises et une déco épurée au Merlix Cats Café, dont l’appellation provient des noms des chats de Camille et Antoine: Merlin et Alix. ÉdA Hermann

Deux ingénieurs de formation

La fondation des deux cafés se base avant tout sur des parcours, des envies, une belle dose de motivation. «Antoine et moi sommes ingénieurs, à la base. Nous avons également suivi une formation en managment aux HEC», explique Camille Nuyts, qui inaugure le Merlix ce vendredi.

Les deux ont tout plaqué pour lancer leur bar. «Nous avions cette envie de nous lancer dans une activité Horeca. Nous aimons les chats également. Donc le café à chats s’est imposé à nous», raconte-t-elle.

 

«

Pas mal de gens nous ont pris pour des fous, y compris parmi nos proches.

»

 

L’idée semblait encore saugrenue voici un an à peine. «Pas mal de gens nous ont pris pour des fous, y compris parmi nos proches.» Un bar avec des chats? Drôle d’idée. «Mais tout le monde a constaté l’engouement autour du projet. Nous avons réalisé une étude de marché. Le projet répond à une demande», assure-t-elle.

Le hasard a voulu que les projets Merlix et ChatMan se croisent, mais de part et d’autre, on n’y voit en aucun cas une situation problématique. «Liège est une grande ville, il y a de la place pour deux cafés à chats», nous assure-t-on.

Deux mecs et des chats

Les deux établissements détiennent d’ailleurs leur propre identité. Le Merlix Cats Café propose des cafés, smoothies, plaisirs sucrés et autres spécialités japonaises. «De notre côté, au ChatMan Café, nous assumons le fait d’être deux mecs. C’est plutôt inédit, d’ailleurs, pour un bar à chats», glisse Benoît Salmon. «La déco sera plutôt vintage industriel. On servira des bières spéciales. On proposera de la toute petite restauration, plutôt dans le style assiette de charcuterie.»

Les deux gaillards du ChatMan Café ne se prédestinaient eux non plus pas à une telle activité. «Nous avons fait des études de comptabilité et gestion. C’est dans ce cadre-là que nous avons été amenés à monter un projet fictif… qui est devenu réel. Boris s’intéressait aux animaux, il voulait un élevage de chihuahuas. Moi, c’était l’Horeca qui me branchait. Sans trop penser au phénomène asiatique, le bar à chats s’est imposé à nous, en fait.»

Merlix Cats Café et ChatMan Café viennent en tout cas souffler un vent nouveau dans le petit monde du commerce liégeois. Ces deux projets, aussi singuliers soient-ils, ont en tout cas la vertu d’allier convivialité, détente et défense des animaux.

 

Gare à la cuisine… et à la déco

«Et au niveau de l’hygiène, c’est autorisé?» Voilà une question qui aura été posée maintes fois aux patrons des cafés à chats. «Et les odeurs? Et les poils?»

«En fait, la condition la plus importante est la séparation stricte de la cuisine et des pièces où se trouvent les chats», explique Camille Nuyts. «Nous avons donc aménagé la cuisine pour garantir cette séparation.»

Hormis cela, «il n’y a pas énormément de contraintes. Nous avons un peu modifié le portail d’entrée pour éviter que les chats s’enfuient. La décoration et le mobilier se veulent sobres », ajoute-t-elle. Et puis il y a ce petit détail qui permettra d’éviter les incidents: «Les éléments de déco, comme les quelques pots de fleurs, sont collés pour éviter que les chats ne les renversent».

La présence de chats n’implique donc pas de grandes contraintes. «Je pense au contraire que ça apporte beaucoup de choses, comme un certain calme, un certain respect, de la quiétude.»

Sur le web: www.merlix.cafe et www.chatmancafe.com