NBA

VIDÉOS | L’entraîneur des Warriors laisse ses joueurs se coacher eux-mêmes

La nuit dernière, les Warriors de Golden State, champions de NBA, ont disposé très facilement des Suns de Phoenix (129-83). Le plus étonnant dans cette large victoire? Steve Kerr, le coach de Golden State, a laissé ses joueurs se coacher eux-mêmes.

Un manque de respect? Une preuve de génie? Steve Kerr, le coach des Warriors de Golden State, champions sortants, a décidé de laisser le coaching à ses joueurs la nuit dernière lors de la rencontre des siens face aux Suns.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela a fonctionné. La bande à Steph Curry s’est imposée de 46 points. Leader incontestable de la conférence Ouest, la franchise californienne n’en finit plus de dominer le championnat américain de basketball.

Mais voilà, à force de gagner, une forme de lassitude peut parfois s’installer. Dernièrement, les Warriors jouaient moins bien. Afin de responsabiliser ses protégés, Steve Kerr a donc décidé de passer son tableau tactique à ses joueurs durant les temps-morts.

Iggy, Green, Curry,… Tous ont coaché

À tour de rôle, Andre Iguodala, David West et Draymond Green ont pris les choses en main.

Joueurs expérimentés, Andre Iguodala et David West ont été responsables des premiers temps-morts. Ensuite, c’est un Draymond Green en costume qui s’est trouvé assis à donner des consignes.

Selon les dires de ses coéquipiers, le Warrior s’est bien débrouillé. À l’exception d’un choix qui a rendu hilare Omri Casspi.

«

Il a voulu m’envoyer au alley oop sur un backdoor. Si c’était un vrai coach, je pense qu’il se serait fait virer mais comme je lui ai dit, j’apprécie le respect qu’il a pour ma détente.

»

Même Stephen Curry, la star des Warriors, s’est pris au jeu. Par contre, il n’a pas été très bon selon lui. «J’étais vraiment affreux. J’ai notamment mis des joueurs hors position…»

Un manque de respect? Kerr s’en défend

Du côté des Suns, l’initiative de Steve Kerr n’a pas plus à tout le monde. Pour l’arrière Troy Daniels, c’est «un manque de respect pour l’adversaire». Il a enchaîné: «En plus entraîner cette équipe, ce n’est pas compliqué, n’importe qui pourrait le faire».

L’ailier de Phoenix, Jared Dudley allait dans le sens de son coéquipier. «C’est la preuve d’un manque de respect vis-à-vis de l’adversaire, mais est-ce qu’on mérite le respect en ce moment?» demande-t-il. «Quand vous continuez d’être battus de 40 points, les équipes ne vous respectent plus… C’est à nous de changer ça!»

Conscient que son initiative pouvait être interprétée négativement, Steve Kerr a expliqué sa décision à Jay Triano, coach des Suns.

«Ça n’avait rien à avoir avec Phoenix, ce n’était en aucun cas un manque de respect. C’est ce que j’ai dit à Jay Triano. Ça fait un mois qu’on n’est pas concentré, qu’on ne parle pas assez sur le terrain et que mon message ne passe pas, donc c’était simplement une nouvelle façon d’atteindre mes joueurs. Et ce soir j’ai trouvé que la communication et la concentration étaient bonnes. C’était une soirée très positive.»