TÉLÉ

VIDÉOS | Les Belges de Top Chef: l’heureuse cacophonie et le blues du chimiste

VIDÉOS | Les Belges de Top Chef: l’heureuse cacophonie et le blues du chimiste

Les promesses, c’est bien. Faut-il encore les remplir. RTL-TVi

Fortune diverse pour les candidats belges de cette saison de Top Chef: l’un s’est qualifié haut la main, l’autre a eu moins de chance.

Pour ce deuxième épisode de la saison, les choses sérieuses commencent, et l’épisode reprend la dramaturgie classique d’une émission Top Chef. Devant le chef invité Christian Le Squer puis face à Jean-François Piège, ils auront chacun deux chances de se qualifier avant de s’affronter à trois lors de la «dernière chance».

La sauce au chocolat blanc fait chou blanc

Jérémy est le premier à passer derrière les fourneaux, dans un parc de Versailles, en duo avec Camille. Leur mission: épater Christian Le Squer avec une recette de chou-fleur. Ils partent sur un blini des plus classiques, mais sont repris par leur chef de brigade. Philippe Etchebest veut «plus de folie». Il sera servi par son cuistot belge qui sort de sa toque une sauce au chocolat blanc. Cette idée est le point fort du plat, mais ce n’est pas suffisant pour battre le chou-fleur rôti de Matthew et Vincent.

Toujours à Versailles, Geoffrey tente de relever le défi de magnifier le lieu jaune, en compagnie de Thibault. Le binôme a du mal à se lancer dans la bataille, faisant face à d’énormes problèmes de communication.

Sermonnés par Hélène Darroze, les jeunes chefs se reprennent et font voyager les papilles gustatives de Christian Le Squer. Une jolie performance, car, en face, le lieu jaune confit de Justine et Adrien avait mis la barre très haut!

Le blues du chimiste

La deuxième épreuve de la soirée permet aux six cuistots non qualifiés de valider leur ticket pour l’épisode 3 en faisant le show pour Jean-François Piège. Il demande aux candidats de préparer l’assiette devant lui et n’en dégustera que les trois plus spectaculaires. Jérémy mise sur la couleur, faisant de sa sauce le clou du spectacle. Avec son canard, il promet une sauce qui deviendra bleue sous les yeux de son hôte. Un pari ambitieux qui épate Philippe Etchebest, qui pense tout de suite aux Schtroumpfs. Les origines belges de son poulain, sans doute...

Jérémy n’a jamais préparé cette sauce par le passé, mais ses essais en cuisine sont prometteurs. Si bien que son coach le surnomme «le chimiste». Mais, au moment fatidique, sa sauce est violette. «Il est où le bleu?» demande Jean-François Piège. Sa déception n’a d’égal que le coup de massue sur la tête de Jérémy. Il avait tout misé sur cette sauce et comprend en un instant que son assiette ne sera pas dégustée. Cela se jouera donc dans l’épreuve de la dernière chance.

Bon mais à la limite du hors thème

Nouveauté cette saison: les chefs de brigade doivent envoyer au casse-pipe l’un de leurs poulains, pour que les trois équipes soient équitablement représentées dans l’épreuve de la dernière chance. Philippe Etchebest sauve Camille au grand dam du Belge. Jérémy affrontera Tara et Adrien sur un plat centré sur le saumon.

Jérémy exécute bien sa préparation, mais la vanille prend le pas sur le saumon. «Ce n’est pas un plat de saumon», relève cruellement, mais justement, Jean-François Piège. C’est sans doute ce qui a précipité l’élimination du Namurois, car les plats de Tara et Adrien n’étaient pas beaucoup plus brillants... «J’ai fait une belle assiette, mais ce n’était pas suffisant», conclut Jérémy au terme de sa courte aventure télévisée.