PRO LEAGUE

Chants racistes: Bruges et Lokeren convoqués par la fédération

Chants racistes: Bruges et Lokeren convoqués par la fédération

Photo News

Pour les chants discriminatoires de leurs supporters respectivement face à Charleroi et au Standard, Bruges et Lokeren sont convoqués à l’Union belge vendredi prochain.

On connaît l’épisode malheureux de Bruges-Charleroi du 4 février, lorsque le Carolo Francis N’Ganga avait été victime de cris de singe vomis par une tribune brugeoise. La veille, en fait, une partie du public waeslandien avait aussi été a priori coupable de chants discriminatoires lors de Lokeren-Standard, entonnant le refrain "Et les Wallons c'est du..." en fin de match, juste avant le 0-3 inscrit par Marin.

L’Union belge a décidé de réagir. Vendredi prochain (le 16/2) Lokeren (à 13.00) et le FC Bruges (à 13.30) seront entendus par la commission d’appel des litiges qui traite l’affaire en première instance, comme le règlement le stipule pour ce type de faits. Le parquet de la fédération sera également présent.

Les arbitres sont convoqués

Wim Smets, l’arbitre de Charleroi-Bruges, qui avait d’ailleurs ordonné un appel au micro du stade lors du match face à Charleroi, a été convié. Dans le dossier de Lokeren, c’est l’assistant Florian Lemaire, témoin du comportement de certains supporters lors de ce match face au Standard, qui est convié.

Amendes et matches à huis clos

On peut d’ores et déjà supposer que les deux affaires seront mises en délibération et que les sanctions (l’Union belge veut se montrer ferme, mais évidemment en restant dans le cadre de son règlement) tomberont dans les jours qui suivent. Le cas échéant, les clubs ne pourront ensuite «que» se présenter devant la CBAS (Cour Belge d’Arbitrage du Sport) s’ils contestent les faits et/ou le jugement.

Les sanctions peuvent aller de l’amende (plusieurs milliers d’euros) à l’obligation de jouer à huis clos (avec ou sans sursis).

Et pour Bruges-Standard en Coupe?

À noter que certains (mé)faits du même genre ont encore été dénoncés par Paul-José Mpoku, lors du match de Coupe Bruges-Standad de jeudi. Là aussi, le dossier pourrait être pris en charge si le corps arbitral fait mention de propos discriminatoires dans son rapport de match.