LIÈGE

Ils escroquaient les seniors et les malades avec des grands crus millésimés

Ils escroquaient les seniors et les malades avec des grands crus millésimés

Illustration RelaxNews

Le parquet a requis vendredi devant le tribunal correctionnel de Liège des peines allant de un an à deux ans d’emprisonnement contre trois personnes poursuivies pour avoir commis des escroqueries lors de la vente de vins. Des personnes vulnérables, âgées ou malades, avaient été ciblées. Une des victimes aurait perdu plus de 50 000 euros.

Sept personnes avaient été identifiées parmi les victimes des prévenus qui ciblaient essentiellement des dames fortunées, âgées ou malades. Les démarches des prévenus consistaient à acheter des bouteilles de vin à moins de 10 euros dans des grandes surfaces et à aller les revendre à des personnes vulnérables en affirmant que ces bouteilles étaient des grands crus millésimés.

L’arnaque avait été dénoncée par une aide-soignante intervenue auprès d’une dame âgée de 85 ans souffrant de la maladie d’Alzheimer. Cette aide-soignante avait été interpellée par les méthodes des vendeuses. Une des victimes avait été arnaquée pour un montant supérieur à 50 000 euros.

Ces faits étaient pilotés par un individu français, propriétaire d’un call-center au Maroc, qui avait utilisé des fichiers de clients pour cibler des victimes fortunées et qui avaient tendance à perdre la tête. Deux dames âgées de 40 et 45 ans étaient complices en Belgique et s’occupaient des livraisons. Elles reversaient 45 % des bénéfices à leur complice français installé au Maroc.

Le parquet a requis par défaut une peine d’un an de prison contre l’organisateur des faits. Le substitut a réclamé des peines de travail ou de deux ans de prison avec sursis contre les deux dames. Des confiscations de 35 357 euros ont été sollicitées.

Les avocats des deux dames ont sollicité des peines alternatives allant de la peine de travail à la simple déclaration de culpabilité.

Le jugement sera prononcé le 9 mars.