Me Sven Mary a plaidé en premier lieu l’irrecevabilité des poursuites pour son client, Salah Abdeslam. L’avocat estime qu’il y a eu violation de l’article 12 de la loi sur l’emploi des langues en matière judiciaire et demande donc que les poursuites soient déclarées irrecevables concernant son client.