27 millions sur 5 ans pour «revitaliser» les Marolles

Les Marolles, très denses et très populaires, détiennent quelques joyaux architecturaux comme la cité Hellemans. EdA - Jacques DUCHATEAU

27 millions d’euros. Voilà le budget sur la table de la Région et de la Ville pour le contrat de quartier centré sur les Marolles.

La Région bruxelloise et la Ville de Bruxelles se sont engagées à débloquer, ensemble un montant de 27 millions d’euros pour revitaliser, d’ici 5 ans, le quartier emblématique des Marolles situé au coeur de la capitale. Le programme du Contrat de Quartier Durable conçu à cet effet sera approuvé définitivement par le gouvernement bruxellois au début du mois de juillet prochain. À l’issue d’une phase de diagnostic et de large consultation des habitants (50 réunions-plus de 1000 avis récoltés), le collège des bourgmestre et échevins en a présenté jeudi les contours précis.

Selon le bourgmestre Philippe Close et l’échevin en charge de la Revitalisation urbaine, David Weytsman (MR), le logement s’y taillera la part du lion (11,5 millions d’euros) avec la création de 33 nouvelles unités disséminées dans ce quartier densément bâti. La Ville les mettra en location à tarif modéré surtout pour des familles, des PMR, et des sans-abri. Près de la moitié de ces logements seront aménagés dans un nouvel immeuble (à l’angle des rues Haute et de l’Abricotier) qui proposera aussi un espace d’accueil partagé d’une vingtaine d’enfants.

Bains de Bruxelles rénovés

Le futur Contrat de Quartier Durable permettra aussi la création de nouveaux équipements publics. Les 3,5 millions d’euros qui y ont été réservés seront consacrés à la rénovation des Bains de Bruxelles qui seront en outre dotés d’une salle de sports plus féminins, à la rénovation d’un local pour les jeunes, à la création d’un restaurant de formation à l’économie sociale, et à la remise en état de la façade de l’église des Minimes.

Les espaces publics (4,5 millions) et les peu nombreux espaces verts (1,5 million) ne seront pas oubliés. Sera privilégiée la rénovation de plusieurs rues perpendiculaires aux rues Haute et Blaes, et de l’un ou l’autre intérieur d’îlot. À la place du Jeu de Balle, le pavage sera remis à niveau, des arbres seront plantés, et l’éclairage sera renouvelé.

Parmi d’autres leviers d’action, on relèvera un volet socio-éconopmique (2 millions d’euros). Celui-ci prévoit des formations et un accompagnement de demandeurs d’emploi, une formation en vue de la constitution d’une brigade de paveurs, la création et l’animation d’un espace public numérique, et un dispositif d’insertion via les métiers du bâtiment.