ÉCONOMIE

Primark publie la liste de ses fournisseurs, pour plus de transparence

Primark publie la liste de ses fournisseurs, pour plus de transparence

- Reporters/STG

L’enseigne de prêt-à-porter irlandaise Primark a publié la liste de ses plus de 1.000 fournisseurs, répartis dans 31 pays à travers le monde, se réjouit jeudi la plateforme Achact, qui vise à améliorer les conditions de travail des ouvriers du textile.

La chaîne, spécialisée dans la confection de vêtements à bas prix, rejoint ainsi la trentaine d’entreprises qui publient ou se sont engagées à publier, au moins partiellement, des informations sur leurs sous-traitants.

La carte des approvisionnements est disponible sur ce lien

«Primark a publié en ligne les noms et adresses de ses fournisseurs, le nombre de leurs travailleurs et la proportion hommes/femmes. La chaîne s’engage à actualiser cette information deux fois par an», indique Achact dans un communiqué.

Si ce premier pas vers plus de transparence est une bonne nouvelle, Achact encourage cependant Primark à «poursuivre sa démarche et à signer le Pacte pour la Transparence». En adhérant à celui-ci, les entreprises s’engagent à publier sous un format téléchargeable et à actualiser la liste des noms et adresses des usines auxquelles elles recourent, le cas échéant le nom de leur société mère, le nombre de leurs travailleurs et leurs types de produits.

À ce jour, 17 marques et enseignes, dont 13 sont connues sur le marché européen, ont adhéré au Pacte. Il s’agit d’Adidas, ASICS, C&A, Esprit, GAP, G-Star RAW, H&M, Levi Strauss, Marks & Spencer, New Look, Nike, Patagonia et Pentland.

En avril dernier, la plateforme et une coalition de syndicats et organisations internationales de défense des droits de l’Homme avaient interpellé plus de septante marques et enseignes d’habillement pour qu’elles publient des informations sur leurs sous-traitants. Vingt-deux entreprises s’étaient engagées à le faire, mais Primark n’en faisait pas partie.

Une quarantaine de militants s’étaient par ailleurs rassemblés, mi-janvier, devant le magasin Primark de la rue Neuve, à Bruxelles, pour interpeller les consommateurs sur le manque de transparence des conditions de travail des fournisseurs de la chaîne. Ils avaient également remis une pétition signée par 67.981 personnes à la direction.

Achact œuvre en faveur de plus de transparence sur l’ensemble de l’industrie du textile. Il y a près de cinq ans, lorsque l’usine du Rana Plaza s’est effondrée au Bangladesh – faisant plus de 1.000 morts et 2.000 blessés – aucune information n’était disponible sur les enseignes européennes qui s’y fournissaient. La seule manière d’identifier les entreprises clientes et de leur demander d’assumer leurs responsabilités envers les victimes fut de fouiller les décombres à la recherche des étiquettes.