BELGIQUE

Pacte énergétique: le ministre flamand s’impatiente

Pacte énergétique: le ministre flamand s’impatiente

«Il faut des engagements rapides. Les décisions doivent tomber.» Photo News

Le ministre flamand de l’Energie, Bart Tommelein, invite le gouvernement fédéral à prendre des décisions dans le pacte énergétique, visant notamment à «dénouer» le dossier de la construction de centrales au gaz.

Le ministre libéral flamand s’est exprimé en ce sens jeudi lors d’une visite au centre de contrôle d’Elia, le gestionnaire du réseau de transport.

Après l’accord intervenu fin de l’année dernière entre les différents ministres de l’Energie sur le pacte énergétique, accord confirmant la sortie du nucléaire en 2025 moyennant le développement d’énergies renouvelables et la construction de centrales au gaz, la N-VA, présente dans les gouvernements flamand et fédéral, a fait part de son veto, entraînant la commande par le gouvernement fédéral d’une nouvelle étude chiffrée.

Jeudi, Bart Tommelein a appelé à des engagements rapides sur le pacte. «À chacun sa tâche. Il revient au gouvernement fédéral de dénouer la situation et à moi d’agir au mieux en faveur de l’efficacité énergétique, et de rallier le plus grand nombre à l’énergie renouvelable», a-t-il dit.

Le ministre flamand n’a pas caché son «inquiétude» de voir le dossier s’enliser. «Il faut des engagements rapides. Les décisions doivent tomber», a-t-il insisté. C’est dans ce sens qu’il a invité le gouvernement fédéral à décider «le plus rapidement possible» sur la construction de nouvelles centrales au gaz, qui doivent constituer l’alternative à la capacité des centrales nucléaires.

Elia avait estimé, dans une étude récente, qu’il faudrait construire huit ou neuf centrales au gaz pour compenser la sortie du nucléaire. En novembre, Elia renvoyait, eu égard à l’urgence, la responsabilité à l’actuel gouvernement fédéral, habilité à lancer les procédures nécessaires.