FOOTBALL

VIDÉO | Bayat déplore l’organisation «100% flamande» du Soulier d’or

Pas de retransmission côté francophone, pas de partenaire presse écrite francophone, pas de présentateur francophone. L’organisation du gala du foot belge n’est pas du goût de tous. Mehdi Bayat pousse un petit coup de gueule.

La 64e édition du Soulier d’or était, comme de coutume, diffusée en direct sur la chaîne privée flamande VTM. Une organisation historiquement liée au journal Het Laatste Nieuws. Et pour laquelle Mehdi Bayat regrette l’absence de partenaire francophone.

Devant notre caméra (à partir de 2’50’’ dans la vidéo ci-dessus), l’administrateur-délégué du Sporting de Charleroi n’a pas mâché ses mots. «Je trouve que les médias francophones n’assument pas leurs responsabilités dans l’organisation de ces Souliers d’or. C’est devenu une organisation à 100% flamande et c’est vraiment dommage.»

VIDÉO | Bayat déplore l’organisation «100% flamande» du Soulier d’or
Mehdi Bayat lance un pavé dans la mare. BELGA
Déplorant la 3e place de Nicolas Penneteau au classement des gardiens de but, Bayat a dit espérer du changement dès l’année prochaine avec notamment avec l’arrivée d’un partenaire presse écrite francophone et une retransmission sur une TV du sud du pays. «Avec pourquoi pas mon ami Jean-Michel Zecca à la présentation...» L’appel est lancé.

Côté néerlandophone, on se défend. «La question a été posée à nos confrères francophones. En vain. Le public sera donc principalement néerlandophone», expliquait avant la cérémonie Peter Denruyter, chef des sports de VTM et organisateur du show avec Het Laatste Nieuws.

«Papa Mazzù, vous pouvez être fier!»

VIDÉO | Bayat déplore l’organisation «100% flamande» du Soulier d’or
Felice Mazzu a reçu le titre d’Entraîneur de l’année. BELGA
La soirée n’a pour autant pas été que décevante pour les Zèbres. Le Sporting de Charleroi repart de Bruxelles avec le trophée du meilleur entraîneur pour Felice Mazzù. «Un titre attendu un titre mérité au vu du travail accompli pour arriver là où il est», estime Mehdi Bayat, fier et heureux. Déjà lauréat du Trophée Raymond Goethals, le T1 zébré a devancé Ivan Leko (Saint-Trond/Bruges) et René Weiler (Anderlecht). «C’est toute la ville, tout Charleroi qui est fier de son enfant», mentionne Bayat.

Mehdi Bayat n’a pas oublié de tenir un petit mot pour le père de son «Alex Ferguson» à lui, lui affirmant qu’il peut être fier de son fils. «Papa Mazzù, vous pouvez être fier parce que votre gamin il a réussi son rêve. Felice, il a travaillé pendant vingt ans et ce soir, à juste titre, il est le meilleur entraîneur du pays.»

Avec deux joueurs dans le top 10 du classement emmené par Ruud Vormer, le Sporting de Charleroi fait partie des meilleurs clubs belges. Bayat prend soin de tempérer, précisant que le chemin est encore long. «Pour que Charleroi puisse réellement devenir un club national, il faudra pouvoir assumer cette cadence pendant au moins dix ans. Un grand club est un club qui a des résultats de manière régulière et pendant longtemps.»