Le jugement de Léon Lewalle reporté au 8 mars

ÉdA

Le tribunal correctionnel de Liège a décidé jeudi de reporter au 8 mars prochain le prononcé de son jugement dans le dossier de Léon Lewalle et de plusieurs autres personnes suspectées d’avoir participé à une organisation criminelle dans le cadre de faits de blanchiment d’argent.

L’ancien dirigeant de la SMAP, Léon Lewalle risque une peine de 10 mois de prison mais a réclamé son acquittement.

L’ancien dirigeant de la SMAP (devenue Ethias) Léon Lewalle (82 ans) avait été condamné en 2004 pour avoir détourné d’importantes sommes d’argent au détriment de la compagnie d’assurance. Avec d’autres prévenus, il est suspecté d’avoir, au début des années 2000, blanchi de l’argent qui aurait dû revenir à Ethias en réalisant notamment des investissements dans des sociétés luxembourgeoises.

Contre Léon Lewalle, le parquet a requis une peine de 10 mois de prison et une importante confiscation. Le ministère public avait également requis les condamnations de l’ex-épouse de Léon et de sa fille à des peines de 6 mois de prison. Le parquet avait encore sollicité une amende à infliger à une société immobilière avant d’évoquer la prescription des faits ou des demandes d’acquittement en faveur de quatre autres prévenus.

Le prononcé du jugement avait été fixé à ce jeudi. Mais, faute de temps pour finaliser sa décision, le juge a reporté le prononcé au 8 mars prochain.