«Soigner Pierson est illusoire»

Assises Jérémy Pierson Béatrice Berlaimont EDA Claudy Petit

Ce matin, les jurés à Arlon ont entendu pendant quelques minutes le témoignage sur la personnalité de l’accusé à travers l’expert psychiatre Cécile Debabeche et l’expert psychologue Gauthier Pirson.

Tous deux décrivent Jérémy Pierson comme un homme «taiseux, froid et distant, qui n’a exprimé aucun impact émotionnel par rapport à son incarcération et les faits commis.»

Les experts parlent d’une «personnalité psychopathique qui présente une dangerosité sociale».

Une thérapie en prison peut-elle être utile pour Pierson? Réponse de l’expert Debabeche: «Pour une telle personnalité psychopathique, une thérapie est illusoire.»

Les experts ont aussi exclu tout phénomène de "syndrome de Stockholm" de la part de la jeune Béatrice à l'égard de son agresseur. Ce phénomène apparaît lors de certaines séquestrations , lorsque la victime "commence à développer des élans affectifs à l'égard de l'agresseur ." Or rien de tel ici, assurent les experts, contrairement à ce qu'a suggéré l'accusé. "Le syndrome de Stockholm n'est possible que s'il n'y a pas de violence physique à l'égard de la victime ", dit l'expert psychologue Gauthier Pirson.

Enfin, Jérémy Pierson prétendait qu'il avait été "dépassé par les événements" et était sous l'emprise de la drogue lors de la séquestration de Béatrice.  Ces drogues auraient-elles pu entraver son libre-arbitre, interroge la présidente de la cour? "Non, pas dans un laps de temps aussi long que pour les faits pour lesquels il est inculpé", repond l'expert psychiatre.