ROMAN

Pour que les «hommes blancs» perdent

Amour, violence, psychose maniaco-dépressive peuvent faire une grande et belle histoire.La preuve avec «L’oiseau, le goudron et l’extase» d’Alexander Maksik.