MUSIQUE

Tomorrowland: enquête sur les frais supplémentaires imputés lors de la vente des tickets

Tomorrowland: enquête sur les frais supplémentaires imputés lors de la vente des tickets

BELGA

L’Inspection économique doit ouvrir une enquête après l’arrivée de plusieurs plaintes relatives à la vente des tickets pour Tomorrowland.

Le ministre en charge de la protection des consommateurs, Kris Peeters, a demandé à l’Inspection économique d’ouvrir une enquête, à la suite de plaintes relatives à la vente des tickets pour Tomorrowland parvenues ces derniers jours au ministère de l’Économie, a-t-il indiqué lundi matin sur Radio 2.

Le festival compterait en effet des frais d’emballage et de port lors de la vente des pass alors que ceux-ci sont compris dans le prix du ticket, selon le ministre Peeters.

Tomorrowland a reconnu facturer des frais de 4,75 euros pour le service ainsi que des frais d’au moins 11,50 euros pour l’emballage et l’envoi des précieux sésames. «Selon notre responsable, c’est légal mais nous attendons maintenant l’avis de l’Inspection économique», indique la porte-parole Debby Wilmsen. «Il s’agit de frais qui ne sont pas propres au ticket du festival. La scission telle que nous la pratiquons constitue la norme lors d’événements tant en Belgique qu’à l’étranger.»

De tels frais peuvent être imputés, selon le ministre Peeters, mais ceux-ci doivent être compris dans le prix et pas surgir lors du processus de réservation lorsqu’ils sont comptés par ticket. De même lorsque des frais sont comptés par réservation et non par ticket, cela doit également apparaître clairement. «Toute infraction peut entraîner des amendes allant jusqu’à 80.000 euros où même 200.000 euros en cas de mauvaise foi», poursuit le ministre.

De même, compter des frais pour l’utilisation de moyens de payement comme Bancontact ou Visa appartiendra bientôt au passé, poursuit le ministre. Un projet de loi transposant une nouvelle directive européenne est en effet attendu encore pour ce printemps.