FRANCE

Le patron d’Intermarché après les émeutes sur le Nutella: «Pas responsable»

Le patron d’Intermarché après les émeutes sur le Nutella: «Pas responsable»

Interrogé sur le fait de savoir si la promotion proposée par l’enseigne de grande distribution était «saine», le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, a répondu de façon négative. Reporters (Illustration)

Dans une interview publiée hier par le «JDD», le président d’Intermarché est revenu sur les émeutes provoquées par d’énormes promotions sur le Nutella notamment dans ses magasins.

Des clients qui se bousculent pour emporter des pots de Nutella et des Pampers en promotion dans plusieurs magasins Intermarché du département de la Loire: les images avaient marqué les esprits, il y a une dizaine de jours, en France. Pour la première fois, Thierry Cotillard, le président de la chaîne française de supermarchés, évoque la polémique dans une interview accordée au « Journal du dimanche ». Et met les points sur les «i».

S’excusant publiquement auprès de ses «équipes malmenées», le patron tient à souligner que «ces excès, et l’image qu’ils nous renvoient de notre société, doivent être lus comme révélateurs d’une vraie attente des consommateurs en termes de pouvoir d’achat.» Avant de poursuivre: «Nous ne serions être tenus pour responsables de ce qui est un symptôme. Nous n’avions pas imaginé une telle effervescence [...] Il y a eu de réels débordements physiques dans une dizaine de magasins, et beaucoup d’incivilités ailleurs.»

S’il dédouane ses équipes de toute responsabilité après les bousculades du 25 janvier notamment, Thierry Cotillard - qui a profité de l’interview pour confirmer que l’opération autour des pots de Nutella «n’a pas été réalisée sans partenariat avec le groupe Ferrero» - assure toutefois que les promotions monstres à -70%, c’est désormais fini, en référence à une promesse faite juste après les faits au ministre de l’Économie.

+ À VOIR | Une promotion sur du Nutella vire aux émeutes dans des Intermarché français

En passe d’être légiférées, ces promotions exceptionnelles ne disparaîtront pourtant pas totalement des rayons de l’enseigne française, promet son patron.

«Les promotions à -70%, nous sommes maintenant dans l’obligation de les arrêter. Mais nous continuerons à proposer de bonnes affaires à nos clients pour certains produits de grande consommation non agricoles ou fortement transformés», Insiste Thierry Cotillard. «Nous sommes aujourd’hui dans une période de transition, en attendant le nouveau dispositif législatif issu des États généraux de l’alimentation. Concernant les promotions sur les produits agricoles et à forte composante agricole, nous sommes pleinement dans l’esprit des EGA avec un plafonnement à 34%. Concernant les produits non agricoles ou fortement transformés par les multinationales agroalimentaires, nous continuons à recevoir de leur part des propositions de campagnes de réductions de prix entre 30 et 50%. Les consommateurs le souhaitent.»

Bref, s’il ne devrait plus y avoir d’empoignades pour du Nutella, il n’est pas dit que les magasins Intermarché ne vivront d’autres scènes du genre.