Arlon

Procès Pierson : Béatrice est décédée par asphyxie, c’est la seule certitude

Procès Pierson : Béatrice est décédée par asphyxie, c’est la seule certitude

La matinée de ce troisième jour de la cour d’assises qui juge Jérémy Pierson était consacrée aux constatations médico-légales. Claudy Petit

Les médecins légistes, experts en toxicologie et les membres de la police scientifique se sont succédé à la barre des témoins ce matin lors du procès de Jérémy Pierson.

La matinée de ce troisième jour de la cour d’assises qui juge Jérémy Pierson était consacrée aux constatations médico-légales. Selon les médecins légistes, Béatrice Berlaimont est décédée par asphyxie par compression mécanique. C’est la seule certitude sur les causes du décès puisque, selon le légiste, deux possibilités sont  évoquées. Une pendaison avec le poids du corps provoquant une pression des liens placés autour de son cou. Ou une strangulation provoquée par une personne se trouvant au-dessus et en arrière de la victime vu l’orientation du sillon créé par le lien autour du cou de Béatrice.

+ À LIRE | Jérémy Pierson a-t-il prémédité la mort de Béatrice ? 

L’asphyxie a également engendré de nombreuses lésions rouges relevées sur le visage de la victime. Des traces provoquées par la compression des vaisseaux du cou, des veines et des artères, explique le médecin légiste qui a pratiqué l’autopsie du corps.

Le corps de Béatrice été déplacé du mirador en France où elle est décédée vers le bois de Sesselich près d’Arlon douze heures au moins après son décès. Un décès survenu probablement dans une fourchette allant de 48 à 72 heures avant la découverte du corps.

L’audience de l’après-midi sera consacrée aux témoignages des parents et des proches de Béatrice.