BRUXELLES

Une «sculpture itinérante» de Patrice Lumumba dévoilée galerie Ravenstein

Une sculpture grandeur nature à l’effigie de Patrice Lumumba, le Premier ministre du Congo indépendant, a été inaugurée dimanche dans la galerie Ravenstein à Bruxelles.

Il ne s’agit pas d’une sculpture en bronze, en marbre ou en un autre matériau qui peut résister au temps mais d’une sculpture de sciure de bois. «La sculpture ne sera exposée qu’aujourd’hui», indique l’initiatrice Mireille-Tsheusi Robert. «Il s’agit en effet d’une sculpture itinérante avec une place temporaire dans l’espace public. L’idée est de faire naître le débat autour de la figure de Lumumba et son rôle dans l’Histoire.»

Patrice Emery Lumumba, désigné comme l’un des héros de l’indépendance de l’ex-Congo belge, a été destitué peu après l’indépendance du Congo et est mort assassiné en 1961. Les circonstances de sa mort restent obscures et il existe de fortes indications que le gouvernement belge en est en partie responsable.

«Lumumba devrait être érigé au même niveau que Nelson Mandela»

«Patrice Lumumba est un des défenseurs les plus importants de la dignité et de la liberté congolaises, une figure centrale dans l’Histoire coloniale de la Belgique», a déclaré Mireille-Tsheusi Robert. «Il devrait être érigé au même niveau que Nelson Mandela ou Angela Davis mais au jour d’aujourd’hui, il n’a pas reçu l’attention et la reconnaissance qu’il mérite.»

À titre d’exemple, il a déjà été tenté à plusieurs reprises de donner son nom à une rue ou à une place publique en Belgique, mais sans succès. Le fait que les autorités belges n’ont jamais reconnu leur implication dans sa mort est également lancinant.

«J’ai attendu cela pendant des années, jusqu’à ce que je réalise que je n’avais pas besoin du gouvernement belge», poursuit Mireille-Tsheusi. «Nous avons à présent créé une place Lumumba avec une statue, ce qui je l’espère va ouvrir le débat.»

La place et la sculpture temporaires ont été créées avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de Bozar. D’après Mireille-Tsheusi Robert, plusieurs maisons communales belges se sont d’ores et déjà montrées intéressées par la sculpture.