TENNIS

Open d’Australie: Elise Mertens s’offre un premier quart en Grand Chelem

Open d’Australie: Elise Mertens s’offre un premier quart en Grand Chelem

- AFP

Elise Mertens se retrouve pour la première fois en quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem. La numéro un belge, 37e mondiale, a battu la Croate Petra Martic, 81e mondiale, en deux sets 7-6 (7/5), 7-5 et 1 heure 59 minutes de jeu en 8e de finale de l’Open d’Australie, le premier tournoi du Grand Chelem de l’année, sur la Margaret Court Arena, dimanche à Melbourne.

C’était le premier duel sur le circuit entre Mertens, 22 ans, et Martic, 26 ans, tombeuse d’Alison Van Uytvanck (WTA 77) au 1er tour.

Elise Mertens a signé une 11e victoire d’affilée dimanche. Elle avait débuté sa saison par la Hopman Cup avec David Goffin à Perth, et avait ensuite disputé, et remporté, le tournoi WTA d’Hobart (dur/226 750 dollars), où elle était tenante du titre.

La numéro un belge, qui dispute son premier Open d’Australie, affrontera en quarts de finale l’Ukrainienne Elina Svitolina (WTA 4/N.4) ou la Tchèque Denisa Allertova (WTA 130) qui doivent s’affronter dimanche en fin de journée (vers 11 h 00 heure belge). Elle n’a jamais rencontré aucune de ces deux joueuses.

Elise Mertens: «Pas de mots pour décrire ce que je ressens»

«C’est incroyable! Je n’ai pas de mots pour décrire ce que je ressens, a confié Elise Mertens dimanche après sa qualification pour les quarts de finale de l’Open d’Australie. Ce fut vraiment très dur. J’étais très bien entrée dans la partie, mais ensuite elle s’est mise à remarquablement bien servir. J’essayais comme toujours d’être agressive, mais ce n’était pas évident. La fin du match a une nouvelle fois été épique. Je pense que j’étais plus nerveuse que contre Cornet, car il y a tout de même une différence entre un huitième et un quart de finale. J’ai eu les pires difficultés à servir pour le gain du match à 5-4. À 6-5, heureusement, ma première balle était là et cela été plus facile. Je suis ravie d’être là. Désormais, c’est du bonus.»

Elise est aux pays des merveilles à Melbourne, où pour sa première participation en simple à l’Ope d’Australie, elle est en train de déjouer tous les pronostics. Le «bonus», comme elle le dit, ce sera désormais mardi un duel contre la gagnante du match entre l’Ukrainienne Elina Svitolina (WTA 4), 23 ans, ou la Tchèque Denisa Allertova (WTA 130), 24 ans, issue des qualifications. Les deux s’affrontent en fin de soirée, après le match explosif entre Grigor Dimitrov (ATP 3) et Nick Kyrgios (ATP 17).

«Je n’ai encore jamais joué rencontré Allertova. Elle a déjà pas mal d’expérience, mais je ne sais pas comme elle joue. Nous allons donc à nouveau regarder des vidéos. Svitolina, elle, m’a battue en finale du tournoi d’Istanbul l’an dernier, mais c’était sur terre battue. Elle vient aussi de gagner un titre à Brisbane, elle a l’habitude des grands tournois et elle ramène beaucoup de balles. On verra. De toute façon, je suis ravie», sourit Elise Mertens.

Robbe Ceyssens: «Quart de finale, c’est fantastique!»

Robbe Ceyssens était également très heureux dimanche soir à Melbourne Park après la qualification d’Elise Mertens pour les quarts de finale à l’Australian Open. Le coach et compagnon de la Limbourgeoise avait une nouvelle fois souffert, assis au bord du court, dans la Margaret Court, mais cela en avait valu la peine.

«J’espère que cela durera encore quelques jours», a-t-il souri. «Les quatre premiers jeux du match étaient parfaits et ensuite, je pense qu’Elise a été un peu saisie par la qualité du service de Martic», raconta-t-il. «Par moments, cela pouvait être assez frustrant. C’est comme quand on joue contre Raonic ou Karlovic chez les messieurs. Je sentais qu’Elise était plus forte dans l’échange, mais il fallait qu’elle résiste à la balle 1 et à la balle 3 de Martic. Et la fin de match a une nouvelle fois été palpitante, oui».

Elise Mertens fut, en effet, à nouveau rattrapée par ses émotions, comme lors de son match contre la Française Alizé Cornet (WTA 42), deux jours plus tôt. La numéro un belge dut même s’y reprendre à deux reprises pour finir par remporter ce huitième de finale après n’avoir pu conclure sur sa mise en jeu à 5-4, malgré une balle de match.

«Pourtant, on en avait parlé», poursuit-il. «Je lui avais dit d’essayer de ne pas penser au score, mais plutôt à ce qu’elle devait faire pour gagner le point suivant. Revenir à la base, et bien se concentrer. Mais bon, c’est évidemment plus facile à dire qu’à faire. J’ai essayé de l’aider comme j’ai pu, en restant positif et en continuant à l’encourager. Et elle y est arrivée. Quart de finale, ce n’est pas mal du tout. C’est même fantastique!», conclut-il.