DICTÉE DU BALFROID

Quarante Namurois qualifiés pour la finale du Balfroid

Si elle a déclaré forfait en dernière minute à la suite d’un ennui de santé, Liliane Balfroid avait concocté cette première dictée quelques jours à l’avance. Intitulée «Un mois exceptionnel», la dictée faisait référence au mois de décembre dernier, marqué par une très faible luminosité.

Un peu plus de 18% des élèves ont commis moins de six fautes et se sont donc qualifiés pour la grande finale. Parmi les 40 lauréats, Davy Ndayisenga est le seul à avoir réussi le sans-faute, tandis que Chloé Grandjean, de l’école communale de Boninne, a laissé une faute sur sa copie.

Davy Ndayisenga connaissait bien les lieux de la demi-finale puisqu’il est en sixième primaire au Collège d’Erpent. «Je pensais tout de même avoir commis une faute», soufflait le champion namurois, grand lecteur de livres et domicilié à Jambes. Pour la petite histoire, son papa Jean-Pierre a réussi le même score dans une salle annexe. Tel père, tel fils…

Retrouvez ce lundi le reportage de cette demi-finale dans L’Avenir Namur et Basse-Sambre, ainsi que le texte et la correction de la dictée dans toutes nos éditions.