Saint-Josse

Puni durant 15h sur le balcon en plein hiver: 10 ans de prison pour le couple

Puni durant 15h sur le balcon en plein hiver: 10 ans de prison pour le couple

En première instance, en juillet dernier, le tribunal correctionnel de Bruxelles avait condamné la mère à six ans de prison ferme pour avoir maltraité ses enfants. Son ex-compagnon, lui, avait été condamné pour les mêmes faits, à cinq ans de prison avec sursis pour la moitié. -

Pour punir leur fils, un couple avait laissé l’enfant de 6 ans durant 15 heures sur le balcon en plein hiver. En première instance, le couple avait été condamné entre 5 et 6 ans. Ce matin, la cour d’appel les a condamné à 10 ans ferme!

La cour d’appel de Bruxelles a rendu son arrêt concernant un couple résidant à Saint-Josse condamné pour maltraitance. Le couple (la mère et le beau-père) a été condamné à 10 ans de prison ferme.

En première instance, ils avaient respectivement écopé de six ans ferme et de cinq avec sursis pour la moitié.

L’arrestation immédiate du prévenu n’a pas été ordonnée. La mère se trouve elle en détention depuis les faits.

 

 

En décembre 2016, un garçon de six ans avait failli mourir après avoir été laissé sur un balcon pendant 15 heures. Sa sœur jumelle et lui étaient par ailleurs sous-alimentés. Le tribunal correctionnel avait condamné leur mère à six ans ferme, tandis que son mari et beau-père des enfants avait bénéficié d’une peine avec sursis. En appel, le parquet avait requis 15 ans de prison à l’encontre du couple.

C.D., le beau-père, 21 ans, a reconnu que c’était lui qui avait infligé cette punition après avoir trouvé le jeune garçon en train de prendre de la nourriture dans la cuisine.

La mère, L.D., 31 ans, et lui s’étaient connus via internet et faisaient partie d’un groupe catholique extrêmement rigoriste. Le couple infligeait régulièrement des punitions aux enfants telles que des douches glacées ou des enfermements sur le balcon et les privait de nourriture.

La cour a souligné la personnalité perverse et manipulatrice de la mère des victimes, et, dans le chef du couple, l’extrême gravité des faits et la mise en danger de la vie des enfants.

 

Les faits

Le 26 décembre 2016, un couple résidant à Saint-Josse-ten-Noode (Bruxelles) avait appelé les services de secours, affirmant que leur enfant était inconscient après avoir fait une chute. Sur place, un garçon de six ans avait été retrouvé souffrant d’hypothermie et de malnutrition manifeste. Sa sœur jumelle nécessitait également des soins. Après leur hospitalisation, ils avaient été placés par le juge de la jeunesse.

D’après les auditions, il est apparu que l’enfant avait été laissé sur le balcon de 05h00 du matin à 20h00 parce qu’il avait été chercher à manger dans la cuisine. Le beau-père, âgé de 21 ans, a reconnu avoir infligé cette punition, mais sans pour autant réaliser la gravité des faits. La mère, qui a dix ans de plus que son mari, était elle dans le déni.

Les enfants, de nationalité française comme leur mère, n’étaient plus scolarisés. Ils restaient des jours entiers sans manger et étaient plongés sous des douches glacées. L’enquête a aussi montré que le couple faisait partie d’un groupe catholique extrême.

En première instance, le parquet avait requis 12 ans de prison. Le tribunal avait retenu l’extrême gravité des faits et la mise en danger de la vie des enfants. La mère ayant écopé de six ans et le beau-père de cinq ans avec sursis, le ministère public avait interjeté appel.