BELGIQUE

Échec de la concertation: les gardiens de prison passeront à l’action

Échec de la concertation: les gardiens de prison passeront à l’action

Archive – Les actions prévues n’ont pas l’ampleur du mouvement de grève de 2014 (ici à la prison de Leuze) ÉdA

La concertation avec le ministre de la Justice n’ayant rien apporté, la CGSP a décidé de mener à bout ses actions pour protester contre le manque structurel de personnel.

La concertation qui s’est tenue mercredi avec le ministre de la Justice Koen Geens au sujet du préavis de grève dans les prisons «n’a rien apporté de neuf aux organisations syndicales», indique jeudi Michel Jacobs, le secrétaire général CGSP-AMiO. «Les actions prévues dans le monde carcéral auront donc bel et bien lieu.»

Des actions allant crescendo seront menées dans les prisons à partir du 29 janvier pour protester contre le manque structurel de personnel, avait annoncé la semaine dernière la CGSP. Une réunion s’est tenue mercredi avec le ministre de la Justice mais Koen Geens «n’a pas apporté de réponses» aux nombreuses questions des syndicats, poursuit Michel Jacobs.

Il avait été convenu notamment de procéder au remplacement des départs jusqu’à ce que le cadre atteigne 7.075 équivalents temps plein, rappelle le syndicat socialiste. «Or, quel ne fut pas notre étonnement dès lors qu’il est apparu que ce cadre, en dépit de l’accord de l’ensemble du gouvernement, ne pouvait pas être comblé au-delà de 6.825 équivalents temps plein. Il s’agit d’un manquement évident à la parole donnée!», martèle la CGSP.

Crescendo

Le syndicat entend donc bien mener les actions prévues dès la fin du mois. Pour commencer le mouvement, les agents prendront leur service avec deux heures de retard les 29, 30, 31 janvier et 1er février. Cette initiative sera renouvelée les 5, 6, 7 et 8 février.

Deux journées de grève sont également prévues, du 1er février à 22h00 au 3 février à 6h00 et du 8 février à 22h00 au 10 février à 6h00.

La situation sera évaluée le 12 février. En l’absence de réaction satisfaisante du ministre de la Justice, le personnel débrayera à nouveau, pour 48 heures cette fois, le 19 février.