CHARLEROI

Étudiante séquestrée et violée: le lourd passé des suspects

L’étudiante liégeoise,qui s’était renduedans une discothèque de Bruxelles, a été retrouvée dans un studio de Charleroi.

Une jeune Liégeoise de 19 ans a vécu les trois pires journées de sa vie, le week-end dernier. Séquestrée, violée par plusieurs individus, elle aurait peut-être perdu la vie si elle n’avait pu récupérer son GSM et appeler son frère.

Samedi dernier, l’étudiante et quelques amis avaient décidé de se rendre au You, une discothèque de Bruxelles. En chemin, l’équipée a consommé de l’alcool et fumé des joints. Selon les dires de ses amis, C. aurait encore absorbé plusieurs boissons au sein du club, tout au long de la soirée.

La jeune femme affirme avoir perdu complètement le fil de ses idées après avoir bu un dernier cocktail. Était-ce le «trop-plein» ou du rohypnol a-t-il été versé dans son verre?

Toujours est-il qu’elle se souvient, par bribes, s’être retrouvée dans une voiture avec des inconnus. Puis dans un appartement qu’elle ne connaissait pas, entourée de trois individus aux intentions perverses… L’étudiante a subi les premiers viols cette nuit-là et, dès dimanche, deux autres individus se sont joints à la tournante pour à nouveau abuser d’elle. Selon certaines informations, l’une de ces scènes horribles aurait été filmée par l’un des protagonistes.

Lundi, C. est heureusement parvenue à récupérer son smartphone pour appeler son frère au secours. Grâce au logiciel Google Maps, elle a pu se localiser précisément, ce qui a permis à la police locale de Charleroi de débarquer en force, dans la nuit de lundi à mardi. Dans ce studio glauque de la rue des Trois Pistolets, les enquêteurs ont trouvé la jeune femme, en état de choc, ainsi que deux individus au lourd passé judiciaire.

Hamid et Elias, deux multirécidivistes

Hamid S., âgé de 26 ans, est domicilié à l’adresse. Son casier judiciaire, qui s’étale déjà sur six pages, fait état de nombreuses condamnations devant le tribunal de police, mais également d’une condamnation à 3 ans de prison avec sursis pour vol avec violence et d’une peine de travail de 300 heures pour tentative de vol avec violence. Interrogé, le suspect a expliqué que la victime était consentante et qu’elle était libre de ses mouvements. Il a néanmoins été arrêté pour viol et séquestration.

Elias L., né en 1994, est lui aussi un repris de Justice. En 2012, il a écopé de 4 ans de prison avec sursis pour vol avec violence, menaces et abus de confiance. L’année suivante, il prenait encore 25 mois pour de nouveaux faits. L’intéressé, qui a été placé sous mandat d’arrêt uniquement pour viol, était sorti de prison il y a seulement trois mois.

Détail supplémentaire: les deux suspects n’ont jamais travaillé de leur vie. Ils se disent dépressifs et touchent 1 300 euros par mois de la «vierge noire»…

Divers devoirs d’enquête doivent encore être réalisés: en état de choc, la jeune femme sera réinterrogée sur le déroulement des faits. Des analyses toxicologiques ont également été réalisées afin de savoir si la victime a été droguée. Bien entendu, les enquêteurs tentent de retrouver les trois abuseurs qui sont encore dans la nature. Selon les exploitants du «You», les protagonistes ne figureraient pas sur les bandes vidéo déjà visionnées. Mais la police poursuit leur examen en profondeur, parmi d’autres pistes...