MUSIQUE

Esperanzah, The Voice France, Berklee, New-York: l’incroyable ascension de Pia Salvia, jeune harpiste bruxelloise

La harpe mène à tout. C’est ce qu’a dû un jour penser Pia Salvia, une jeune harpiste bruxelloise touche-à-tout, au parcours déroutant.

La demoiselle a un sourire enjôleur, mais surtout un talent incroyable. Alors que l’instrument qu’elle avait choisi dès son plus jeune âge la prédestinait à un répertoire classique, elle se retrouve désormais à faire résonner les cordes de sa harpe dans des styles de musique plutôt inattendus: jazz, pop, world music.

Son parcours n’est pas sans surprises: alors qu’elle maîtrisait déjà la harpe et s’était produite sur de nombreuses scènes en Belgique et ailleurs, la jeune femme a obtenu une bourse au prestigieux Berklee College of Music, à Boston (USA).

Il s’agit d’une des écoles de musique les plus exclusives au monde. Certains des élèves qui en sont issus ont connu une grande carrière internationale: Victor Bailey, Miles Davis, Gavin DeGraw, Al Di Meola, Lucien Gainsbourg, Stuart Hamm, Quincy Jones, Diana Krall, André Manoukian, Branford Marsalis, Pat Metheny, John Petrucci, Mike Portnoy, Steve Vai,…

Impressionnant!

Et c’est dans ce vivier d’artistes à la réputation internationale que la petite Bruxelloise est venue poser sa harpe.

Esperanzah, The Voice France, Berklee, New-York: l’incroyable ascension de Pia Salvia, jeune harpiste bruxelloise
© Pia Salvia © Pia Salvia

Berklee

«Tout a commencé lorsque j’ai participé au stage d’été de Berklee intitulé Five-Week Summer Performance Program, nous dit-elle. Ce stage est financé par la fondation HarpHelp, basée au Luxembourg et qui vise à aider de jeunes harpistes dans la réalisation de leurs projets. J’en ai profité pour passer une audition sélective pour entrer à Berklee. Suite à cela, j’ai obtenu une des meilleures bourses décernées par l’école. Il me fallait toujours régler une petite partie du coût mais cela n’était rien comparé au 40 000$ de droit d’inscription annuel!La fondation HarpHelp a aussi décidé de m’aider afin que je puisse étudier à Berklee, parce que la vie à Boston est extrêmement chère et les étudiants internationaux n’ont pas le droit de travailler (en dehors du campus). J’ai pu terminer mon cursus, summa cum laude, en mai 2017».

Dans la première vidéo ci-dessus, elle reprend Can We Still Be Friends, un titre plutôt disco-pop de Tedd Rundgren, lors du concert de gala de Berklee, en 2017.

La jeune femme est aussi une compositrice de talent. Dans un registre jazzy, cette composition personnelle, Moody, a été enregistrée au studio de Berklee:

Lorsque l’on doit cataloguer le style de la jeune harpiste, plusieurs mots viennent à l’esprit: jazz, pop, world music, classique. «Je pense que la harpe possède un son magique et cristallin qui apparaît très rarement dans d’autres styles de musique que le classique, nous dit-elle. Cela peut apporter un son nouveau et inattendu dans la musique moderne.» C’est sans doute grâce à sa formation à Berklee qu’elle peut désormais assumer cette diversité: «J’ai rencontré tellement de gens du monde entier à Berklee. J’ai l’impression que le monde s’est ouvert à moi, par la rencontre de tous ces musiciens, venus des 4 coins du monde. Berklee m’a permis d’explorer d’autres styles musicaux et de tester beaucoup de choses. C’est comme si j’avais eu accès à un laboratoire pour musiciens.»

Voyages

C’est aussi grâce à de nombreux voyages: «je crois que la harpe est un instrument qui peut être incorporé dans tous les styles de musique. Le fait que cet instrument est considéré comme uniquement classique nous empêche souvent d’imaginer la harpe hors de son style de prédilection.J’ai eu une formation musicale classique et j’adore la musique classique, mais j’aime aussi énormément d’autres genres musicaux et je ressens ainsi le besoin et l’envie d’adapter tout cela à mon instrument. Ce désir d’incorporer d’autres styles de musique à la harpe m’a amenée à voyager en Espagne (Valence) afin d’approfondir mes connaissances en Flamenco et musiques méditerranéennes, au Brésil (Rio de Janeiro) afin d’être baignée au cœur de la musique brésilienne, en Colombie (Bogota) afin d’apprendre un tout autre type de harpe et de musique folklorique, etc. Et le voyage ne fait que continuer! J’essaye de transmettre cette fusion des genres lors de mes concerts et également ce que j’apprends durant mes rencontres et voyages à d’autres harpistes, d’où la création de mon programme de master classes. J’aime partager mon expérience et mes connaissances et j’apprends énormément des propres expériences et connaissances de mes élèves et d’autres harpistes et musiciens, c’est un échange continu.»

Dans son home-studio, elle enregistre ici une reprise d’un titre de Imagine Dragons, Radioactive, dans lequel elle joue en direct tous les instruments : harpe, percussions, basse, voix, choeurs, grâce à une loop-machine (un appareil qui enregistre et restitue les sons en direct) :

The Voice

Mais avant cela, elle avait déjà réussi à attirer sur elle les projecteurs de la télé. En effet, en 2012, elle a participé à la première session de The Voice France. Reprise dans l’équipe de Louis Bertignac (Telephone, Les Insus), elle s’est retrouvée avec les 20 derniers finalistes de l’émission. Elle nous explique: «J’étudiais en France au moment du début de la popularité de The Voice. Le directeur de casting de The Voice France est passé dans l’école où j’étudiais (Music Academy International de Nancy) pour repérer des «talents» et il a décidé de m’inscrire au Casting de The Voice à Paris. Je ne regardais pas la télévision et ne connaissais même pas les étapes de cette émission, étant donné que j’ai participé à la toute première saison. Ça a été une expérience unique, mais si c’était à refaire, je ne le referais pas. Premièrement, parce que je pense avoir été trop jeune pour participer à ce genre d’émission; deuxièmement, parce que cela ne me convient tout simplement pas. J’adore donner des concerts ou enregistrer en studio, mais les concours de musique médiatisés qui se retrouvent être plutôt une téléréalité, ça m’était très inconfortable. Je ne pouvais tout simplement pas être moi étant donné que tout est calculé et contrôlé, j’étais un produit et non une artiste.»

Esperanzah, The Voice France, Berklee, New-York: l’incroyable ascension de Pia Salvia, jeune harpiste bruxelloise
© Pia Salvia

Esperanzah!

Il y a déjà bien longtemps que L’Avenir vous avait fait découvrir cette jeune bruxelloise. En 2011, elle participait au festival Esperanzah! Nous l’y avions découverte avec gourmandise et en avions profité pour la retrouver en coulisses et enregistrer un titre de sa composition, My soul :

Projets

Pia Salvia regorge de projets. Tout d’abord, elle sortira prochainement un EP enregistré à Berklee. Le trio «Coquelicot» a été créé avec deux autres élèves. «À côté de cela, j’ai mon projet personnel, sous le nom de… Pia Salvia! Je compte enregistrer l’album courant 2018, également en autoproduction. Tout cela sera disponible sur internet et en Belgique lors de mes concerts ou par envoi postal. Je compte probablement faire appel au crowdfunding pour le financement de cet album.»

Pia donne également des cours, des master classes, à d’autres harpistes. Une activité qu’elle a déjà pratiquée en Colombie et au Népal. En plus d’une tournée en Pologne et de plein d’autres projets, la jeune femme de 26 ans s’installe désormais à New-York. «J’espère pouvoir enregistrer mon album, tourner avec mon groupe tout en promouvant l’album, faire grandir mon réseau, être programmée dans de nombreux festivals, continuer à jouer avec de nombreux musiciens et à côté de cela faire grandir mon projet de master classes dédié aux harpistes désireux (ses) de goûter à d’autres styles de musique et approches de la harpe. De plus, un de mes projets à long terme serait d’ouvrir une école pour harpistes dédiée à l’apprentissage du jazz et autres styles musicaux, à l’improvisation, aux logiciels de musique, ici à New-York.»

Pia Salvia, une jeune artiste belge pleine de talent, globe-trotteuse et ouverte aux multiples cultures. Une perle!

Pour suivre Pia Salvia sur facebooket sur internet.

Esperanzah, The Voice France, Berklee, New-York: l’incroyable ascension de Pia Salvia, jeune harpiste bruxelloise
Pia Salvia, jeune harpiste bruxelloise. © Pia Salvia

Esperanzah, The Voice France, Berklee, New-York: l’incroyable ascension de Pia Salvia, jeune harpiste bruxelloise
© Pia Salvia