Dix articles pour nos abonnés à ne pas manquer

Dix articles pour nos abonnés à ne pas manquer

Justin a reçu plus de 3 000 lettres d’un coup. Et ce n’est pas terminé! Son anniversaire, c’est demain. EdA

Le jeune Justin a déjà reçu plus de 4 000 cartes du monde entier; le sauvetage du petit âne Voltaire; lever le coude pour les sans-papiers... Voici trois des dix titres réservés à nos abonnés à découvrir ce jeudi 11 janvier.

1

Buvez la 100 Pap et picolez solidaire pour les sans-papiers

Relever ses manches pour cuisiner au parc Maximilien, profiter d’un temps de midi pour scier quelques palettes et en faire des meubles, voire héberger les sans-papiers qui ne trouvent pas de lit cet hiver au nouveau centre d’hébergement de Haren: ces engagements ne sont pas à la portée de n’importe qui. Et pour de nombreuses bonnes raisons.

Par contre, lever le coude au coin d’un comptoir, c’est tout de suite beaucoup plus accessible. Qui ne rêve pas de picoler pour la bonne cause? C’est ce qui a poussé François Halleux à embouteiller la 100 Pap. Cette bière à façon, produite à la Brasserie des 3 Fontaines sur base d’une recette élaborée par Antoine Lavis de «J’irai Brasser chez Vous», mousse pour donner un toit aux sans-papiers de Bruxelles. En dur et en durable. 

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

2

Que deviennent les 5 tonnes de sapins de Noël récoltées par Intradel?

Les fêtes de fin d’année sont derrière nous et, comme à l’accoutumée, ce début d’année voit fleurir des sapins de Noël un brin dénudés et fatigués sur le bord des routes. L’intercommunale Intradel, qui gère les déchets dans la grande majorité des communes de la province de Liège, procède au ramassage des sapins.

Chaque année, cette récolte permet d’accumuler près de 5 tonnes de sapins. Que deviennent-ils?

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

3

Justin a déjà reçu plus de 4 000 cartes du monde entier

Le moins qu’on puisse écrire, c’est que la famille Caprasse se souviendra longtemps du 20e anniversaire de Justin. Pour rappel, le 4 janvier dernier, Marie-Ève, sa maman, avait fait un appel Facebook à l’occasion de l’anniversaire de son fils Justin, souffrant d’un handicap.

Le jeune homme adore aller chercher le courrier, sans pour autant recevoir quelque chose qui lui était destiné. Voilà pourquoi elle avait demandé à ses contacts Facebook d’envoyer une petite carte à l’occasion de son anniversaire qui aura lieu demain.

Partagé 41 462 fois, son post a même été repris dans un journal français.

Justin a déjà reçu plus de 4 000 cartes du monde entier!

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

4

Il en est à sa 27e condamnation… 

Avec vingt-six condamnations en Belgique et en France, ce Roubaisien de 49 ans a bien dû mal à faire croire au tribunal sa volonté d’amendement...

«Vous avez eu vingt-six fois l’occasion d’avoir des regrets et de vous remettre en question, l’interpelle le président du tribunal. Même si les faits de vols qui vous sont reprochés datent de 2011, vous devez payer vos actes au regard du traumatisme vécu par les victimes. Les erreurs de votre passé vous rattrapent…»

Les faits de vols de véhicules et de vols dans des habitations qui lui sont reprochés ont été commis dans la région de Mouscron.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

5

Charleroi: un temple de l’e-sport mais pas que…

Un esprit d'entreprise familial, nourri par deux frères et leur papa, a permis au Spawn Bar d’établir ses quartiers dans des locaux de l’avenue de l’Europe, situés juste en face du Charleroi Expo.

«L’idée nous est venue courant de l’année 2015, entame Amaury Colaux. À partir de 2016, il nous a fallu un an pour convaincre une banque de soutenir notre projet. Ensuite, le Spawn Bar était lancé en trois mois ».

Après Bruxelles, Liège ou encore Namur, Charleroi inaugurait son tout premier e-sport bar le 28 avril 2017. Un café, à la décoration recherchée et élégante, dédié au jeu vidéo, ses compétitions et plus encore.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

6

Namur: 50 recrutements prévus à la Ville

Le bourgmestre namurois Maxime Prévot a évoqué la santé financière de la Ville de Namur en quelques mots : « Les finances sont désormais revenues à l’équilibre et même en boni, ce qui est exceptionnel parmi le paysage des grandes villes wallonnes. » Le personnel de la Ville en profitera : le collège a décidé de débloquer des moyens supplémentaires pour le bien-être de son personnel. « Près d’une cinquantaine de recrutements ont également été décidés lors de la dernière mise au vert du collège...»

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

7

Chaque mois, Moussa organise des convois vers Calais

Ce dimanche, Moussa, de Ruette (Virton), partira vers Calais avec un convoi de vivres et de produits de nécessité. Il organise un convoi tous les mois pour les jungles de Calais. Il prévoit également d’autres activités tout au long de l’année, soutenu par sa compagne, Dominique Verhaeren qui vit à Namur et collecte dans cette région: «On essaie d’aider au mieux, que ce soit à Calais, mais aussi à Bruxelles et dans notre région.»

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

8

Asile: quand les enfants brisent les barrières à Mons

Le très sérieux Salon gothique de l'Hôtel de ville à Mons avait un tout autre visage mercredi après-midi. Rires et cris d'enfants retentissaient dans ce lieu où se déroule une fois par mois le conseil communal, transformé pour l'occasion en salle de jeu. Les conseillers communaux enfants de la ville de Mons et une douzaine d'enfants du centre Fedasil de Morlanwelz s'y rencontraient, autour d'un verre de jus d'orange et de plateaux de jeux de société. 

Les enfants du centre d'accueil des demandeurs d'asile et les petits édiles montois, on a appris à se connaître ces derniers mois. Ces liens développés avec les enfants immigrés, c'est l'actualité qui les a provoqués. Quand les petits conseillers communaux se sont retrouvés pour définir leurs projets, la solidarité s'est imposée. 

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

9

Le sauvetage de Voltaire, le petit âne

Les plus anciens se souviennent peut-être du film Bim le petit âne relatant l’histoire attachante d’un jeune garçon et de son âne. On vit un remake, certes largement modifié, dans la région hottonaise actuellement.Tout débute à une vingtaine de kilomètres de là, au parc à gibier de La Roche-en-Ardenne pour être précis.

Fin novembre, une ânesse du Poitou doit mettre bas. Un événement qui se prépare: on paille l’abri et les gestionnaires de l’infrastructure attendent. Mais la nature a parfois ses mystères. L’ânesse ne profite pas de cet endroit, mais choisit l’extérieur pour donner naissance à son ânon.

«Il était en hypothermie, incapable de se lever, de téter. Le vétérinaire n’était pas très optimiste, le terme d’euthanasie étant même prononcé», explique Corinne Beaumont.Cette Hottonaise, amoureuse des animaux, propose de se charger de l’âne.

Elle le reprend chez elle, lui donne un nom, ce sera «Voltaire» et tente de le sauver.

+ À DÉCOUVRIR ICI

 

 

10

Un an plus tard, la petite famille a déjà parcouru 32.000 km à travers dix pays

Un rêve un peu fou. Même tout à fait fou. Le 9 février dernier, Stéphane et Nathalie Mawet ont emmené leurs deux enfants, Soline et Maëlle, pour un périple de quinze mois en Amérique du Sud et en Afrique à bord d’Elliot, leur camping-car. «On n’attend rien de ce voyage, mais chaque chose qu’il nous offrira sera un cadeau de la vie», déclarait Nathalie au moment de décoller vers Buenos Aires.

Depuis lors, la famille a découvert l’Uruguay, le Brésil, l’Argentine, le Chili, la Bolivie, le Pérou, l’Équateur, la Colombie, le Panama et le Costa Rica.

+ À DÉCOUVRIR ICI