MONDE

Chaleur suffocante en Australie: des chauves-souris «grillées» sur place

La ville de Sydney a connu dimanche sa journée la plus chaude depuis 1939, avec des températures atteignant 47,3 degrés dans la banlieue de Penrith. Les dégâts sont bien visibles, notamment sur la faune.

Le dernier jour aussi chaud remonte à l’année 1939, avec 47,8 degrés enregistrés.

Ces chaleurs ont eu des conséquences pour de nombreuses personnes, notamment les sportifs au tournoi de tennis de Sydney. Les matchs ont été interrompus lorsque le mercure a dépassé 40 degrés. La joueuse Kristina Mladenovic, victime d’un coup de chaud, a abandonné sa rencontre avant la fin.

«43 degrés mais probablement 50 sur le court quand j’ai commencé», a déclaré la numéro 11 mondiale sur Twitter. «Je suis désolée pour les fans. Je crois que c’est la première fois de ma carrière que j’arrête un match. C’est tout dire.»

Les chauves-souris «grillées»

Les animaux ont également souffert fortement. C’est notamment le cas de chauves-souris, retrouvées mortes par dizaines à Sydney. Elles ont eu le cerveau littéralement grillé par les fortes chaleurs, selon des responsables locaux de la nature.

«Elles ont cuit sur place», a expliqué Kate Ryan, gestionnaire de la colonie de Campbelltown, dans le Camden Advertiser. «Je ne sais plus combien de fois je me suis penchée pour ramasser une carcasse de bébé chauve-souris. Il y avait des cadavres partout.»

Sur la page Facebook de l’association «Help Save the Wildlife and Bushlands in Campbelltown», on peut voir de nombreuses photos des bénévoles au travail, ramassant les chauves-souris mortes et arrosant des koalas pour tenter de les rafraîchir.

Épisodes météorologiques extrêmes

Selon le Bureau de la météorologie (CSIRO), la température a augmenté d’environ un degré Celsius depuis 1910 dans l’immense pays-continent. Durant l’été dernier (décembre 2016 à février 2017), plus de 200 records météorologiques avaient été recensés à travers le pays, entre épisodes de chaleur intense, feux de forêts et inondations.

D’après les climatologues, le changement climatique a provoqué la hausse des températures sur terre et en mer, conduisant à des épisodes météorologiques extrêmes.

Du fait de sa population relativement faible (24 millions d’habitants) eu égard à la taille de son territoire, et de sa très forte dépendance au charbon, l’Australie est un des pires émetteurs de gaz à effet de serre par habitant.