WALLURBEX FOOTBALL CLUB

GRAND ANGLE | Les sangliers ont eu raison des (z)héros de Vesqueville

La mort dans l’âme, Chantal Jamotte a dû mettre la clé sous le paillasson à la JSC Vesqueville, club du cœur de l’Ardenne, familial et éminemment sympathique, mais aussi réputé comme l’un des plus nuls du pays, et qui a d’ailleurs bien failli accueillir la première édition des «Héros du Gazon».

WALLURBEX FOOTBALL CLUB | Tous les épisodes

Des arbres qui poussent au milieu d’une tribune, de la rouille qui ronge les pylônes d’éclairage, des graffitis qui jonchent les murs des vestiaires, des fantômes du passé qui se souviennent de leurs exploits: L’Avenir est parti à la découverte des terrains de football abandonnés de Wallonie.

La vie du petit club de Vesqueville, situé au cœur de l’Ardenne profonde, s’est brutalement arrêtée un samedi matin d’octobre 2016: «On devait jouer contre Nassogne ce jour-là», se rappelle Chantal Jamotte, qui a occupé les fonctions de présidente au club durant de nombreuses années. «Mais une fois arrivée sur place au matin, j’ai constaté que des sangliers étaient venus saccager le terrain pendant la nuit! On a pu s’arranger avec tout le monde pour disputer le match sur le terrain de Nassogne, mais on n’a plus joué sur notre terrain après ça…»

Malgré cette amertume, la passion de Chantal Jamotte demeure intacte, même si le club a donc dû courber l’échine après 55 années d’existence, dont 18 sous l’égide de son illustre présidente: «En 18 ans, j’en ai collectionné, des souvenirs, c’est normal. Beaucoup de bons, heureusement! Mais aussi quelques mauvais, comme la fois où on a encaissé 27 buts sur un même match…» Un souvenir pérennisé notamment par l’évocation bourrée d’autodérision de cette fameuse affichette qui trônait derrière le bar de la petite buvette: «Ici, on ne marque pas, on encaisse!»

Preuve de cette propension à aller rechercher les ballons dans leurs propres filets, les joueurs de Vesqueville ont été approchés en son temps par la production des «Héros du Gazon», la série humoristique entre-temps devenue célèbre sur les antennes de la RTBF.

Pour nos abonnés, cliquez sur l’image ci-dessous pour découvrir l’intégralité de notre reportage.