Proximag

Johnny lui a montré la voie

Johnny lui a montré la voie

ÉdA

La disparition récente de Johnny Hallyday a aussi marqué James Richarts. Ce dernier avoue sa dette au chanteur: il a pu compter sur la personnalité de Johnny pour sortir d’une mauvaise passe. Aujourd’hui il interprète ses succès dans un spectacle de 90 minutes.

Emmanuel Bogaerts a appris avec beaucoup de tristesse la mort de Johnny Halliday: «Ce sont des jours émotionnellement très durs pour moi, car Johnny m’a beaucoup donné. Il est comme un grand frère.» La passion d’Emmanuel pour Johnny est née très tôt: «Enfant, j’ai vu le concert du Pavillon de Paris, j’ai vu un chanteur qui se donnait à fond. J’ai été bouleversé. J’avais 9 ans, je voulais devenir comme lui.» Mais James doit remiser ce rêve d’enfant même s’il suit des cours de guitare. Les aléas de la vie le contraignent à se retrouver seul à l’âge de 27 ans. «Je me suis raccroché à Johnny. J’ai vu une interview dans laquelle il disait qu’il fallait croire en ses rêves et que la musique l’avait sauvé.» Emmanuel prend ce témoignage comme s’il lui était directement adressé et il va se reconstruire autour de la musique. «Au début j’ai adopté le look de Johnny. Je m’identifiais à lui pour ne pas souffrir.» À cette époque Emmanuel devient James Richarts et il participe à des karaokés, surtout avec la chanson «Noir, c’est Noir». Mais peu à peu, la musique s’impose à lui et James suit des cours de chant. «J’ai rencontré les bonnes personnes, notamment Henri Golan, qui m’ont permis d’évoluer.» Son show prend de l’ampleur pour atteindre, selon les formules, de 30 à 90 minutes. «J’étais timide et grâce à Johnny, j’ai pu prendre de l’audace. Mon père qui avait tenté de me déconseiller une carrière musicale croit aujourd’hui en moi puisqu’il est mon manager.»