Baugnies

VIDEO | Un gin made in Wallonie picarde à base de bière régionale

Maître distillateur au sein de la distillerie Gervin, à Baugnies, Vincent Stiévenart vient de mettre au point un gin issu du distillat de la Bush pipaisienne. Une ambrée régionale qui titre 12% de volume d'alcool.

L’idée de créer un gin 100 % régional trottait dans la tête de Vincent Stiévenart, maître distillateur au sein de la distillerie Gervin à Baugnies, depuis longtemps déjà. Le rêve devient aujourd’hui réalité avec une « Charisma » titrant à 44,6° vol.

« Dans un premier temps, nous réalisons un distillat de Bush (N.D.L.R. : la célèbre bière de la brasserie Dubuisson située à quelques centaines de mètres de la distillerie), explique le jeune maître distillateur qui n’aime guère parler de lui à la première personne. On obtient un distillat à 80° dans lequel nous mettons macérer 11 aromates dont des baies de genévrier, bien entendu, mais aussi des écorces de citron, d’orange douce, d’orange amère, du gingembre et d’autres encore que nous ne pouvons toutes citer… (ndlr : question de préserver le secret de fabrication). Toutes ces épices sont également conditionnées par une société située en Wapi, à Deux-Acren, plus précisément. Pour cette recherche, nous avons notamment bénéficié des conseils avisés de Marine Leblanc qui tient le Check-in bar à Tournai et du traiteur Olivier Claix de Pipaix… »

À l’issue de cette macération - dont la durée ne peut pas non plus être dévoilée - Vincent opère une nouvelle distillation qui donne alors naissance au produit fini. En l’occurrence un gin charismatique - d’où son nom « Charisma » - qui allie puissance et rondeur. Un gin que l’on appréciera pur en digestif mais aussi en apéro, mélangé avec du tonic.
Le nouveau venu fait désormais partie intégrante de la gamme des produits Gervin qui comprend une palette d’une vingtaine d’alcools différents.

Un petit mot sur le gin pour conclure... En réalité ce divin breuvage est le fruit d’une macération d’un genièvre avec divers aromates (d’où l’utilisation de baies de genévrier pour le produire). Il serait né en Hollande et dans notre Plat Pays à la fin du XVIIe siècle. Désormais, il prend également naissance dans notre Wallonie picarde où certains chefs étoilés, comme Benoît Neuzy de l’Impératif au château d’Arondeau, le proposent aux gourmets qui fréquentent leur établissement.