MONS

Mons: une ASBL subsidiée utilisée pour faire la pub du PS?

Pascal Lafosse et son père Maurice Lafosse, ancien bourgmestre, sont soupçonnés d'avoir utilisé une ASBL à finalité sociale à des fins politiques. Des ex-employés déballent, l'opposition demande l'écartement, voire la démission, de l'échevin Pascal Lafosse. Ce dernier s'excuse.

Une nouvelle affaire en vue pour le PS? Cette fois, c'est dans le fief de son président de parti, Elio Di Rupo, que ça se passe. Hier soir au JT de la RTBF, la séquence "Le scan" était consacrée à l'asbl "La Persévérance", également appelée "La Maison d'Emilie". Une asbl installée à Cuesmes, au coeur de laquelle on retrouve les Lafosse. Maurice, le père, ancien bourgmestre de Mons, et Pascal, le fils, échevin à la Mobilité.

Depuis 1980, "La Persévérance" est présidée par Maurice Lafosse, ancien bourgmestre de Mons, et son fils Pascal Lafosse, actuel échevin à la mobilité, y siège dans le conseil d'administration. L'objet de cette association: "encourager les oeuvres d'éducation morale, physique, artistique, morales et sportives (...) en vue du plus grand bien de toutes les catégories sociales de la population", lit-on dans ses statuts.

Cela passe par des animations pour les enfants, des organisations d'événements culturels, comme un concert de Noël pour cette fin d'année, du soutien aux personnes âgées... Pour accomplir ses missions, l'asbl bénéficie d'emplois APE, subsidiés par la Région wallonne à hauteur de 100.000 à 120.000 euros.

"On pliait et on distribuait des tracts"

Problème: entre 2012 et 2015, la direction aurait demandé à des employés de réaliser des missions politiques. Pour étayer ses propos, la chaîne publique se base sur des témoignages d'anciens employés. Ceux-ci affirment avoir dû distribuer des tracts, réalisés au sein de l'asbl, mais sur lesquels celle-ci ou ses activités ne figurent nulle part.

Exemple: un tract intitulé "Cuesmes à la Une. Présence socialiste", où figurent Maurice et Pascal Lafosse. "Ca a été fait au sein de l'asbl, pendant nos heures de travail, plié et distribué par nos soins", témoigne une ancienne employée. Histoire d'enfoncer le clou, "le Scan" s'est procuré des échanges de mail entre la secrétaire de Pascal Lafosse à la ville de Mons (utilisant son adresse professionnelle) et la Maison Emilie, confirmant ces commandes de tracts.

Cela ne semble pas s'arrêter là: des demandes d'adhésion et de cotisation au PS auraient également été faites par cette même secrétaire, en 2015, ce que confirment encore des ex-employés.

"Tristesse et dégoût"

Du côté de l'opposition montoise, on hallucine. "Si ces faits sont avérés, ils nous inspirent une tristesse et un dégoût profond. Ils marquent encore une fois la confusion entre activités partisanes et gestion du bien public", réagit Charlotte De Jaer pour Ecolo.

"Nous demandons à la Ministre en charge des pouvoirs locaux de suspendre l’échevin Pascal Lafosse le temps de voir plus clair dans cette affaire et, si les faits s’avèrent exacts, de pouvoir le révoquer. Ces deux mesures étant prévues par le Code de la Démocratie locale.

"Les faits rapportés ne peuvent être tolérés", estime de son côté le chef de file MR Georges-Louis Bouchez. "C'est pourquoi, nous saisissons immédiatement le Ministre Pierre-Yves Jeholet de contrôler les points APE attribués à l'ASBL 'La persévérance' ou 'Maison d'Emilie' et demandons une réunion sans délai du conseil communal afin d'entendre l'échevin de Pascal Lafosse qui, si les faits sont établis, doit démissionner sans délai."

L'opposition dénonce une confusion entre les intérêts de la ville et les intérêts partisans. A noter qu'une information judiciaire est ouverte depuis plusieurs mois, opposant Maurice Lafosse et un ex-employé, qui aujourd'hui dénonce cette confusion des rôles, pour des faits de harcèlement. Ce matin, Pascal Lafosse n'était pas joignable et Maurice Lafosse ne souhaitait pas réagir avant la clôture d'une réunion du CA de l'ASBL.

 

"Je présente mes excuses"

La ville de Mons a réagi ce jeudi via un communiqué, où elle indique avoir "pris connaissance des éléments relatifs à l’asbl « Persévérance », plus connue sous le nom de « Maison Emilie »". Concernant les échanges de mails entre le secrétariat de Pascal Lafosse et l'asbl,  "le Collège a chargé la Directrice générale de la Ville de réaliser une enquête interne afin de faire toute la clarté sur ces faits et de prendre les mesures qui s’imposent vu le règlement de travail."

De son côté, l'échevin Pascal Lafosse présente ses excuses: « il s’agit d’une erreur, c’est une maladresse et je présente mes excuses car cela n’aurait pas dû se produire. » Il dit se tenir  à la disposition de la Ministre de la tutelle pour répondre à toutes ses questions.

Le Collège communal appelle enfin la commission communale de Gouvernance "à se réunir pour aborder la question qui concerne la Ville." Soit l'échange de mails. Pour le reste, à savoir la suspicion de faire de la publicité partisane au travers une asbl à finalité sociale, la ville renvoie vers le CA de cette ASBL...Où siège, on le rappelle, Pascal Lafosse.