Les représentants des travailleurs de Truflo Rona ont sollicité jeudi, lors d'une réunion dans le cadre de la fermeture de la société herstalienne spécialisée dans la réalisation de vannes pour la pétrochimie, que soit privilégié, sur le volet social, le chômage avec revenus d'entreprise, soit l'ancienne prépension.

Selon les accords obtenus au sein de la commission paritaire adhoc, l'âge de ce chômage avec revenus complémentaires accordés par l'entreprise est fixé à 57 ans. L'entreprise herstalienne est donc chargée, d'ici le 20 décembre, date de la prochaine négociation, d'explorer cette piste afin d'introduire dans un second temps une demande auprès du ministre fédéral de l'Emploi pour obtenir ce complément chômage.

Les syndicats estiment que cette démarche va grandement influencer les futures négociations sachant que les moyens financiers dégagés actuellement pour l'extralégal, priorité de la direction Truflo Rona, demeurent insuffisant selon les organisations syndicales.

Les négociations se sont déroulées, dans un premier temps, dans un climat tendu, la réunion, prévue en dehors de l'entreprise, étant perturbée par l'arrivée massive des travailleurs, obligeant les différents partenaires à regagner l'usine.

La direction a décidé de réintroduire le chômage économique pour les ouvriers dès la semaine prochaine. L'entreprise, qui bat sous pavillon anglais, emploie aujourd'hui une centaine de travailleurs, quelques contrats à durée déterminée n'ayant pas été prolongés.