JUDICIAIRE

Léon Lewalle n’a pas renoncé à la révision du «procès Smap»

Léon Lewalle n’a pas renoncé à la révision du «procès Smap»

Léon Lewalle, ancien directeur de la SMAP ÉdA – Jacques Duchateau

Léon Lewalle (82 ans) avait été condamné en 2004 pour avoir détourné d’importantes sommes d’argent au détriment de la compagnie d’assurances.

Léon Lewalle a réclamé jeudi son acquittement devant le tribunal correctionnel de Liège. L’ancien dirigeant de la Smap, devenue Ethias, est suspecté d’avoir participé à une organisation criminelle dans le cadre de faits de blanchiment d’argent. Il a réclamé son acquittement tout en dénonçant les raisons de sa condamnation intervenue en 2004 après le «procès Smap».

Léon Lewalle (82 ans) avait été condamné en 2004 pour avoir détourné d’importantes sommes d’argent au détriment de la compagnie d’assurances. Avec d’autres prévenus, il est suspecté d’avoir, au début des années 2000, blanchi de l’argent qui aurait dû revenir à Ethias en réalisant notamment des investissements dans des sociétés luxembourgeoises. Il encourt une peine de 10 mois de prison et une importante confiscation.

Léon Lewalle affirme que les fonds concernés par les poursuites étaient «propres» et issus d’économies personnelles. Il dénonce une instruction qui a été réalisée contre lui exclusivement à charge par le juge d’instruction Richard ainsi que les rapports de l’expert-comptable Deblinde qui auraient été également réalisés à charge.

Une plainte a été déposée par Léon Lewalle contre le juge d’instruction. La défense estime que le tribunal doit sursoir à statuer dans l’attente du sort qui sera réservé à sa plainte. L’avocat de Léon Lewalle, Me Marc-Léon Levaux, a également évoqué l’impartialité de l’enquête, l’irrecevabilité des poursuites et le délai raisonnable. Tout en réclamant l’audition de l’ex-juge d’instruction Véronique Ancia et la désignation d’un expert-comptable indépendant, l’avocat a sollicité l’acquittement.

La défense a contesté la démarche de l’ancien employeur de Léon Lewalle. «La Smap s’est comportée comme un prédateur à son égard. Sa constitution de partie civile est une tentative d’extorsion. Il faut débouter Ethias de cette tentative de racket!», a plaidé l’avocat.

Léon Lewalle a indiqué qu’il souhaite encore la révision du «procès Smap» qui avait conduit à sa condamnation. Il a évoqué l’affaire «d’Outreau» en dénonçant l’acharnement des juges d’instruction à son égard. «Cette histoire me donne une force incroyable. Avant d’aller dans la tombe, j’ai encore des choses à accomplir», a-t-il indiqué au juge.

Le jugement sera prononcé le 8 février 2018.