BELGIQUE

On meurt moins sur les routes qu’en 2016, sauf à Bruxelles

On meurt moins sur les routes qu’en 2016, sauf à Bruxelles

Archive – Illustration REPORTERS

Le nombre de personnes décédées sur place à la suite d’un accident de la route a diminué de 11% au cours des neuf premiers mois de l’année par rapport à la même période en 2016.

La Flandre enregistre la baisse la plus significative, tandis que le nombre de tués sur les routes bruxelloises est en hausse.

Cette baisse générale de 11% constitue un niveau historiquement bas et s’accompagne également d’une diminution du nombre d’accidents corporels (-6%). Ce record est à attribuer d’abord à la Flandre (-17%), ensuite à la Wallonie (-7%), qui avait déjà fait mieux en 2014. Le nombre de tués en Région bruxelloise passe quant à lui de sept à 10 pour les neuf premiers mois de l’année 2016. Ces chiffres ne tiennent cependant pas compte des personnes décédées dans les 30 jours qui suivent l’accident. Il faudra donc attendre les résultats des trois derniers mois de l’année pour tirer des conclusions définitives, prévient Vias, l’ex-IBSR.

«Ces résultats sont certes encourageants mais nous ne devons pas pour autant nous reposer sur nos lauriers», a réagi le ministre de la Mobilité, François Bellot. Il ajoute que la Belgique accuse «un certain retard» par rapport à ses voisins européens et que la lutte contre la récidive et la conduite sous l’influence de l’alcool restent prioritaires pour atteindre l’objectif de 420 tués maximum d’ici 2020. Un plafond qui ne semble plus aussi inatteignable au vu des récents résultats du baromètre, souligne Vias.

Une tendance positive sur le long terme se distingue également du côté des jeunes automobilistes puisque le nombre de 18-24 ans tués dans un accident de circulation a diminué de moitié en 10 ans.

En 2016, 637 personnes avaient trouvé la mort sur les routes belges ou étaient décédées des suites de leurs blessures.