André Villas-Boas s’est donc offert une parenthèse motorisée, après une saison à Shanghai, avec qui il n’a rien gagné alors que l’ambition du club chinois était élevée.