En temps normal, le coureur qui gagné quatre classiques, dont un monument, et termine l’année comme N.1 mondial aurait reçu le Vélo de Cristal les doigts dans le nez.