BASKET-BALL

Cédric Aubert rend sa démission à Wanze

Cédric Aubert rend sa démission à Wanze

Cédric Aubert n’est plus le coach de Wanze. Masson

La défaite surprise à Comblain et une réunion aboutissant que le coach n’était plus entendu par son groupe ont abouti à cette décision.

C’est un énorme coup de semonce qui a fait vibrer tout Wanze pendant plusieurs jours. Samedi, alors qu’elles déviaient Comblain pour assurer leur survie dans la division, les Wanzoises se sont fait surprendre. Dans la foulée de cette défaite qui relance la lutte pour le maintien, le club Mosan est passé en état crise.

En effet, lors de l’entraînement de la semaine, les joueuses et Cédric Aubert, le coach, sont arrivés à un constat amer: « Force est de constater que mes propos n’ont plus les mêmes échos dans les oreilles des joueuses, dans leurs jambes et leurs réactions. Bref, on va certainement se quitter très bon amis avant de faire les semaines de trop », nous confiait-il avant de se rendre voir les dirigeants wanzois ce mercredi après-midi.

Et, après une entrevue avec Fabrice Warenghien, la décision était rendue officielle: « Dans l’intérêt de tout le monde, j’ai présenté de démissionner avant de se dire des choses qui fâchent. Maintenant, elles ont donc leur sort en mains. J’espère que mon retrait sonnera comme une révolte, un électrochoc et qu’elles feront ce qu’il faut pour gagner. On a fait un beau chemin ensemble, à elles de finir l’histoire désormais. » Et la tâche s’annonce hard car, en plus de trouver un nouveau mentor, il va falloir rapidement retrouver de la confiance. Désormais avant-dernières avec Comblain et à un revers derrière Ensival, les Sucrières ont encore le temps de se sauver mais, il ne faudra plus rater les matches décisifs comme ce samedi.

À l’opposé, via cette victoire, à Comblain, la vie est évidemment belle. Car, la discussion franche et pas toujours agréable de la semaine dernière a permis d’avoir la réaction attendue car, là, le groupe était toujours derrière son coach. « Je suis fier de la réaction du groupe après quelques jours tendus! Il y avait de l’envie, de la volonté en défense, trois joueuses à plus de 10 points et un banc qui encourageait. Une bien belle soirée.»