«Les tractations politiques ont conduit à mettre de côté des paradis fiscaux notoires, comme les territoires offshore britanniques, Hong Kong, le Qatar, ou encore la Suisse et les États-Unis», dénonçait hier Eva Joly, vice-présidente de la commission d’enquête sur les Panama Papers.