Entre les terres africaines et andennaises, une association fait office de trait d’union solidaire depuis presque quinze ans.

Elle s’appelle Asafran, pour Association solidarité Afrique Andenne, et s’est fixé pour mission de soutenir divers projets de formation et de coopération au développement sur le continent voisin. «Lorsque j’étais professeur à l’Institut Sainte-Begge, j’avais pris l’habitude d’organiser des voyages en Afrique avec les élèves. Le deal était qu’ils ne payent rien du tout, mais qu’ils travaillent et vivent comme les personnes présentes sur place, explique Vivian Peeters, président de l’ASBL. Lorsque j’ai pris ma retraite, nous avons décidé, avec plusieurs amis, de lancer Asafran pour continuer dans cette dynamique. Nous avons travaillé dans plusieurs pays d’Afrique noire, comme le Congo et le Burundi. Depuis 2011, nous nous sommes exclusivement concentrés sur le Maroc.» Concrètement, Asafran fonctionne par missions thématiques qu’elle exerce toujours main dans la main avec des associations locales marocaines. «Nous avons, par exemple, créé une unité d’apiculture moderne (35 ruches) et un élevage de 40 brebis dans la région de Safi ou installé des ordinateurs dans des locaux pour pouvoir faire de l’enseignement à Ait Ourir, près de Marrakech. En septembre dernier, nous avons dispensé une formation relative à la gestion de projets à plusieurs associations locales. Suite à cela, un projet visant à rétablir l’étanchéité d’une cuve à eau dans un village de montagne a été retenu. Nous y retournerons en avril pour une étude de faisabilité, mais aussi pour lancer un projet d’élevage bovin». Si Asafran multiplie les événements (dîner couscous, rallye auto, marchés de Noël…) pour financer ses projets, les dons sont également les bienvenus.

www.asafran.org