Ils ont commencé en étant une quinzaine d’amateurs de chant choral à se retrouver dans une classe de l’Athénée de Hannut.

C’était en 1981. À cette époque, un enseignant de l’Athénée, Jean-Claude Wilkens rêvait de créer une chorale à Hannut. Aujourd’hui, ils sont près d’une soixantaine à composer la chorale des Ménétriers. Ils répètent ainsi tous les vendredis à l’Académie de Hannut, conduit par leur chef de chœur, Benoît Gilot, également professeur à l’Académie. Dans la chorale, on retrouve tous les âges et toutes les voix. «Nous avons des jeunes qui ont démarré à 15 ans et d’autres qui quittent la chorale à 80 ans. C’est très hétéroclite. Et au niveau des voix, nous avons atteint une belle homogénéité», explique Raphaël Claus, le président de la chorale. Les Ménétriers chantent deux types de répertoire et alternent une année sur deux entre un répertoire plus classique et des chants contemporains. «Nous nous arrêtons, en général, sur un artiste. On chante alors plusieurs medleys ou alors une suite. Pour les suites, si elle n’existe pas déjà, nous faisons appel à un compositeur afin d’écrire une suite pour quatre voix. C’est alors presque une œuvre originale», explique le président. La chorale a déjà repris Jean-Jacques Goldman, Michel Berger, les Beatles, Charles Aznavour mais aussi Vivaldi, Mozart, Schubert ou encore Rossini. Les Ménétriers organisent ainsi un concert par an et participent également à d’autres concerts. «Nous chantons d’ailleurs très souvent au profit d’associations.» Les prochains concerts sont prévus le 16 décembre à l’église St-Géry à Braine-le-Comte où les Ménétriers reprendront L’homme armé de Karl Jenkins. Ensuite, le 11 mars 2018 à la salle de l’Entité à Orp-Jauche. Les Ménétriers interpréteront une suite Michel Berger.