C’est en 1960, à l’arrivée de nombreux sardes que les cercles sont nés au sein de 7 différentes régions belges. C’est à Hornu que celui de notre région a trouvé sa place.

Néanmoins, en 1979, celui-ci se scinde en 2 et le cercle Su Nuraghe voit le jour. «Suite à cette scission, un comité provisoire est désigné, mais il faudra attendre 4 années pour obtenir le subside de la Région Sardaigne », explique Donato Scardino. Après Quaregnon, La Bouverie et Cuesmes, c’est à Flénu que Su Nuraghe pose définitivement ses valises. Dans celles-ci, se trouvent un groupe de danse folklorique Su Nuraghe créé par Vittorio Mele. «Les cercles avaient, à l’époque, le rôle d’apporter aide et soutien aux sardes au niveau administratif, matériel, logement et intégration », précise le président. Grâce aux subsides sardes, des colonies de vacances en Sardaigne pour plus de 300 enfants sardes ont été organisées pendant de nombreuses années ainsi que des bourses d’études octroyées aux familles désargentées. «Dans les 7 cercles, une équipe de football a été créée et des tournois sont organisés régulièrement. L’occasion de partager, échanger et fédérer les membres, pour pouvoir donner l’impulsion à la relève », précise Donato. «Sensibiliser les jeunes est difficile, certains comprennent la langue sarde, mais ne la parlent pas. La crainte que la nouvelle génération ne suive pas l’exemple des anciens, effraye » explique le président. Des actions pour attirer la nouvelle génération et lui faire connaître la culture sarde sont également organisées, comme la fête de la Befana (sorcière), occasion d’offrir des cadeaux aux plus jeunes. Perdurer la culture sarde, la faire découvrir aux Belges, mais surtout trouver la relève chez les jeunes sardes, est le but recherché par la dynamique l’ASBL.Su Nuraghe, 535 Avenue du Champ de Bataille à Mons (Flénu) – 0475 30 02 55