Samuel Cogolati le dit clairement: c’est grâce à Bernard Legaz qu’il a accroché, qu’il s’est intéressé à la chose politique encore plus que ce qu’il pouvait l’être avant de découvrir le conseil communal des enfants.