Grez-Doiceau, Rebecq et l’IGW médaillés

L’Inter Gembloux Wavre décroche un nouveau podium. ÉdA – Alan MARCHAL

Outre le Tori Incourt, trois clubs brabançons se sont particulièrement distingués lors des interclubs de cette année.

Cela devient une bonne habitude. Depuis quelques années, plusieurs équipes de la province parviennent à s’illustrer lors des interclubs. À l’image du Tori, le J.C. Grez-Doiceau (D1B), le J.C. Rebecq (D2) et l’Inter Gembloux-Wavre (D3A) sont ainsi montés sur le podium de leur division respective.

Chez les femmes, en D1B, les Incourtoises ne sont donc pas les seules à s’être mis en évidence puisque les Gréziennes ont accroché la deuxième place finale. Uniquement battues cette année par… les filles du Tori, les élèves de Dominique Janssens ont même fait un peu mieux que leurs homologues de la D1 masculine, 5es au terme d’une ultime journée où ils n’ont été défaits que par les champions visétois. Frustrant, surtout qu’ils terminent à égalité de points avec les Montois, médaillés de bronze.

Dans la division inférieure, en D2 masculine, les judokas de Rebecq n’ont, quant à eux, pas laisser filer l’occasion de monter sur le podium. Malgré de sérieux adversaires, les hommes de Mario Fulco ont décroché une jolie 3e place en s’offrant notamment le scalp de l’équipe A de Sambreville, ce samedi, sur les tatamis de Visé.

Derniers médaillés brabançons, les combattants de l’Inter Gembloux Wavre, invaincus lors des deux premières journées des interclubs, ont bel et bien disputé la «finale» de leur division, ce dimanche, lors de la dernière journée de compétition. Malheureusement pour eux, en s’inclinant de justesse (2-3) face aux Bruxellois du Poseidon Ryu, les Intéristes doivent se contenter de la 2e place finale.

Dans la même division, l’ABW Jodoigne peut également se montrer satisfait de sa campagne 2017. Bien qu’ils terminent à la 9e place du classement général, Jonathan Wahlen et ses potes ont assuré l’essentiel en se maintenant grâce à quelques victoires glanées au passage et en emmagasinant un maximum d’expérience pour la saison prochaine. Un son de cloche qui est finalement assez identique à celui de l’équipe féminine jodoignoise, 7e en D1B. Ou encore le J.C. Ottignies, 9e en D4A.