Apprendre les droits de l’enfant tout en jouant

Le conseil des enfants a été créé en 2004 à Brunehaut. Parmi les nombreux projets qui se sont concrétisés au fil du temps: un jeu de table sur les droits de l’enfant.

Depuis qu’il a été porté sur les fonts baptismaux en 2004, le conseil communal des enfants de Brunehaut multiplie les projets en tout genre.

Cela va de l’installation de boites à idées dans les écoles de l’entité pour permettre aux plus jeunes de s’exprimer au développement de relations intergénérationnelles à travers des visites récréatives dans les homes situés sur le territoire de la commune. Le conseil des enfants participent également régulièrement aux différentes manifestations patriotiques et développe encore un partenariat avec la Fondation rurale de Wallonie pour l’aménagement d’aires de jeux.

Trois foix le prix Haulot

«Les projets intergénérationnels et environnementaux sont ceux qui ont véritablement la cote auprès des enfants», explique Benjamin Robette, le plus jeune échevin de la région, qui a tout logiquement l’enfance et la jeunesse dans ses attributions. Ce dernier n’est pas peu fier de souligner également que le conseil des enfants brunehautois a, depuis sa création il y a déjà près de 14 ans, remporté par deux fois le prestigieux prix Arthur Haulot.

Le premier pour la réalisation de panneaux didactiques à proximité de la stèle du Lancaster LL943, du nom de cet avion anglais qui s’est écrasé dans le bois de Flines en 1944, et l’autre, pour un jeu de société appelé «la course aux droits».

Grâce à ce prix (d’un montant de 5 000€ tout de même!), le jeu – dont le graphisme est le fruit du talent de Pauline Masquelier – a pu être imprimé en plusieurs exemplaires par la société kainoise Reynders impressions.

Plus spécifiquement destiné aux enfants âgés de huit ans et plus, le jeu est basé sur le thème des droits de l’enfant et s’inspire à la fois du Monopoly, du jeu de l’oie et du Time’s up.

Il s’agit de permettre aux enfants d’apprendre leurs droits, mais aussi leurs devoirs, tout en s’amusant.

«Il a été distribué dans les différentes écoles de l’entité et il est également toujours disponible à la bibliothèque et au sein de l’administration communale. Il ne se passe pas une semaine sans qu’une école extérieure à Brunehaut vienne nous l’emprunter», conclut l’échevin.

Des projets transversaux

Parmi ses autres attributions, Benjamin Robette a également les personnes âgées et handicapées. Il est dès lors tout naturel qu’il ait songé à établir des connexions entre les différentes instances communales actives en ces domaines, soit le conseil consultatif des aînés et le conseil consultatif de la personne handicapée. «Le souhait, précise-t-il, c’est de développer encore davantage des projets transversaux entre ces conseils et le conseil communal des enfants. Et même de sortir de la commune pour mettre sur pied certaines initiatives en partenariat avec des structures similaires dans des communes voisines, comme à Antoing, par exemple. Un projet de grand jeu où s’affronteraient – pacifiquement et de manière adaptée à l’âge et/ou au handicap – des équipes composées par des représentants de chaque conseil est actuellement à l’étude…»

Comme quoi, plus de trois ans après sa création, le conseil communal des enfants de Brunehaut a toujours la pêche.