VIDEO | Deux ans après, des rues du Quartier cathédral de Tournai sont à refaire

VIDEO | Deux ans après, des rues du Quartier cathédral de Tournai sont à refaire

Des morceaux de «fil d’or» qui ont disparu, des pavés qui se déchaussent, un trou dans la voirie à reboucher… Un cliché qui résume bien la situation. ÉdA – 302420944851

Les rues du Curé Notre-Dame et de Courtrai déjà à refaire? C’est un scénario catastrophe à envisager. Une réunion cruciale a lieu ce mercredi.

La rue du Curé Notre-Dame a été rouverte à la circulation fin 2015. Après des années de galère pour les habitants et commerçants, c’était le point final du chantier «Quartier cathédral» tournaisien présenté pour la première fois en 2008.

Deux ans plus tard, elle est déjà en piteux état. Des pierres sont abîmées voire fissurées, des pavés se déchaussent, des affaissements commencent à se produire ici et là. On constate les mêmes dommages dans la rue de Courtrai. Et dans les rues avoisinantes, on peut relever aussi des dégâts; ils sont plus légers en raison d’un trafic routier moins important, mais ils n’augurent absolument rien de bon à plus long terme.

On ne parle pas que de quelques mètres carrés abîmés: c’est une bonne partie de la voirie qui semble se dérober, en particulier au milieu de celle-ci, entre le filet d’eau et le fil d’or.

La semaine passée, des ouvriers de la ville ont procédé à quelques retouches urgentes. À certains endroits, si on ne fait rien, on risque un accident avec un cycliste ou un motard. Eh oui, on en est là.

Ces derniers mois, des responsables du service des travaux ont inspecté l’ensemble de la voirie et procédé à un relevé des tronçons défectueux en perspective d’une réunion à laquelle assisteront, outre les représentants de la ville de Tournai, l’auteur de projet (le bureau parisien ANMA) et l’entreprise qui a réalisé les travaux (Galère).

Une réunion importante

Sera-ce la réunion de la dernière chance? Robert Delvigne, l’échevin de l’urbanisme ayant en charge le dossier «Quartier Cathédral», veut croire que des propositions techniques satisfaisantes seront avancées pour résoudre ce qui pose problème un peu partout: au piétonnier, il y a aussi beaucoup de défauts, jusqu’à la sortie à hauteur du Dôme. «Qu’on ne me parle pas de charroi pour justifier des dommages! Dans cette zone piétonne, il n’y a quand même pas des hordes de touristes. Je ne peux pas accepter non plus qu’on me dise que les défectuosités ne concernent qu’un infime pourcentage des surfaces réalisées; il suffit de se balader en ville pour se rendre compte qu’il y a des problèmes dans tout le Quartier cathédral».

M. Delvigne est conscient que la réunion de mercredi est d’une extrême importance. Parce que les problèmes relevés sont nombreux et concernent énormément de voiries. Rues du Curé Notre-Dame et de Courtrai, c’est à un souci d’ordre structurel localisé entre le caniveau et l’emplacement du fil d’or, auquel on s’attend.

VIDEO | Deux ans après, des rues du Quartier cathédral de Tournai sont à refaire
Il y a du travail de réfection en perspective! EdA
Les premiers constats de dégâts et de malfaçons ont été effectués l’an passé à pareille époque. «Des réceptions provisoires n’ont toujours pas été accordées, et aucune réception définitive ne l’a été ce qui signifie que des factures n’ont toujours pas été payées. Fin août, une réunion technique a relevé toute une série de réparations urgentes à effectuer», indique Armand Boite, l’échevin des travaux.

Le collège a décidé de se faire assister par un avocat spécialisé en marchés publics. «Il n’est pas question, pour la ville, de devoir mettre la main au portefeuille. Je crois que l’auteur de projet et l’entrepreneur sont conscients de certains manquements. Je reste persuadé qu’il est possible de s’entendre en évitant un contentieux».

 

 

Là où ne passent plus les fils d’or

 

Robert Delvigne, l’échevin de l’urbanisme ayant en charge le dossier «Quartier cathédral», n’est pas d’accord pour tirer à boulets rouges sur l’entreprise Galère. «Ils ont refait le quai Dumon, en fonction du cahier des charges, et ça tient. Moi, j’ai toujours pensé qu’il ne fallait pas mettre dans nos rues ce foutu carrelage de salle de bainsmais du bon porphyre local qui a fait ses preuves». Pourquoi ne pas avoir mis de «bons» pavés alors? «Parce que le projet a été attribué dans le cadre d’un concours européen (NDLR: lisez durant la législature précédente) et on ne peut pas modifier les choses en cours de route».

Armand Boite, échevin des travaux, est plus prudent quant aux raisons qui expliquent les soucis: «Ces pavés, irlandais en l’occurrence, répondent aux normes imposées dans le cahier des charges».

VIDEO | Deux ans après, des rues du Quartier cathédral de Tournai sont à refaire
Que reste-t-il du fil d’or? Pas grand chose... EdA
Le plus ambitieux projet de revitalisation urbaine de ces dernières décennies ne s’est vraiment pas passé comme prévu. On se contentera ici de rappeler que quelques-unes des lignes de force du projet ayant permis à l’agence parisienne Nicolas Michelin et Associés (ANMA) de remporter le concours n’ont jamais vu le jour. Comme la mise en valeur du quadrilatère, espace central du projet jouxtant la cathédrale, l’hôtel des anciens prêtres, les places Paul-Émile Janson et de l’Evêché, censé devenir un lieu de passage emblématique au cœur du quartier.

Le maillage de fils dorés qui devait mettre en relation de manière visuelle et qualitative les différents points d’attraction du quartier? Eh bien si les touristes se fient à ce fil d’or, ils se perdront: des centaines de mètres (sur deux kilomètres) de ces bandes en laiton se sont détachées du sol en raison d’ancrages de fixation (vissés dans la pierre de la voirie) trop fragiles.

Des années que ça dure. Des ingénieurs pensaient avoir trouvé la solution: le coller au sol avec une résine spéciale dont la résistance mécanique a fait ses preuves ailleurs. Eh bien la colle n’a tenu que quelques mois, même là où il n’y a que des piétons qui passent! Ce mercredi, on saura quelle solution sera adoptée.